IDHAE Globe Observatoire Mondial des Droits de la Défense et des violations des droits des avocats

soutient – supports

LA JOURNEE DE L’AVOCAT EN DANGER

2016

 

HONDURAS
2010-2016
6 ans – 100 mort(e)s

 

Une culture de l’impunité…

 

 

4 décembre 2006

revolver Dionisio Díaz García 1962-2006

"L’avocat des pauvres " assassiné à Tegucigalpa.

 

dionisioDionisio Díaz García, 44 ans, que l'on appelait " l'avocat des pauvres " parce qu'il travaillait pour l'organisation de défense des droits humains Asociación para una Sociedad más Justa (ASJ, Association pour une société plus juste), une organisation chrétienne œuvrant à la promotion des droits économiques, sociaux et culturels, a été abattu par le passager d'une moto le 4 décembre 2006 à Tegucigalpa, alors qu'il arrivait en voiture à la Cour suprême, où il devait préparer une audience.

Le 22 décembre 2006, la Commission interaméricaine des droits de l'homme a demandé aux autorités du Honduras de mettre en œuvre des mesures de protection en vue de garantir la sécurité des membres de l'ASJ. Amnesty International est préoccupée à l'idée que ces toutes les dispositions n'aient pas été prises, et que les membres de l'ASJ ne restent par conséquent exposés à des attaques.

En 2009, ses assassins présumés - un ancien membre  de la Direction générale des enquêtes criminelles (DGCI) et un garde de sécurité - ont été reconnus coupables et condamnés à 20 et 21 ans. Cependant, le 15 mai 2012, ils ont été finalement acquittés par la Cour suprême de justice au Honduras. La Cour a fondé sa décision sur de prétendus faux témoignages. Selon les observateurs, l'un des juges aurait été le conseiller juridique d’une société contre laquelle Dionisio Díaz García avait mené plusieurs procédures.

 

 

Ces avocat(e)s ont été tué(e)s depuis 2010 :

 

2010

 

 

1.              Rossel Edgardo Barralaga Morales, (46 ans), (26 février 2010)

2.             Olga Marina Laguna, (52 ans), (3 mars 2010)

3.             Ramón Arturo Bueso Caballero, (36 ans), (9 mars 2010)

4.             Ubence Rodimiro Ordoñez Ordoñez 11 mai 2010

5.             Sandra George Osorio, (54 ans), (11 mai 2010)

6.             Félix Ramón Enamorado, (37 ans), (21 mai 2010)

7.             Filadelfo Rodríguez Gámez, (57 ans), (5 juin 2010)

8.             Óscar Molina, (31 ans), (10 juin 2010)

9.             Osman Elder Matamoros Torres, (37 ans), (24 juin 2010)

10.          Vilma Patricia Turcios Quintanilla, (46 ans), (30 juin 2010)

11.          David Dagoberto Banegas Pérez, (36 ans), (5 juillet 2010)

12.          Marco Tulio Amaya, (45 ans), (20 juillet 2010)

13.          Marco Antonio Vargas Reyes, (28 ans), (27 août 2010)

14.          Erick Neptalí Ponce Elvir, (40 ans), (4 novembre 2010)

15.          José Edgardo Castellanos Lemus, (26 novembre 2010)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conformément à un Conformément à uscénario habituel, l’enquête policière a immédiatement conclu à un crime de droit commun…

 

 

 

20 juillet 2010                        

*       Marco Tulio Amaya

Le coordinateur du Front des avocats contre le coup d'Etat « Front des avocats en résistance» et militant du FNRP – assassiné en compagnie de ses clients.

 

amayaMarco Tulio Amaya, coordinateur du Frente de Abogados contra el Golpe de Estado - Front pour les avocats contre le coup d'Etat – a été abattu, le 20 Juillet 2010 à 16h00, avec des balles d'AK-47 par neuf hommes lourdement armés à bord de deux véhicules, sur la route menant à la ville de San Francisco, à l'est de Tegucigalpa.

Il était accompagné par trois de ses clients, circulait sur la route de la ville de Ojo de Agua dans le département d'El Paraíso. Il Este acto de violencia pone nuevamente en evidencia la naturaleza de este régimen militar que se disfraza de democracia. revenait dans sa voiture à Tegucigalpa après une audience, lors de laquelle sSegún las mismas informaciones, en el momento de los hechos, el Sr. Marco Tulio Amaya regresaba a Tegucigalpa al concluir una audiencia en el juzgado de Danlí en la cual salieron favorecidoes clients, accusés de blanchiment d'argent, n venaient d'être placés en libération conditionnelle. Marco Tulio Amaya, est mort instantanément.

Amaya, quien estaba acompañado por tres de sus defendidos, los Sres. Emilio Herrera, Sergio Garibaldi Elvir y la Sra. Mara Leslie Hernández Alemán, viajaba en su carro en la carretera que va del municipio de Ojo de Agua, en el departamento de El Paraíso, a la Villa de San Francisco, cuando fue disparado por individuos no identificados fuertemente armados.Marco Tulio Amaya était bien connu, comme membre actif du Front Populaire pour la Résistance Nationale (FNRP), en tant que coordinateur du Front des Avocats contre le Coup d'Etat du 20 Juillet 2010 dans le département d'El Paraíso. Il avait consacré sa carrière et sa vie à la défense d'une centaine de persécutés politiques, qui étaient accusées d'avoir protesté contre le coup d'Etat. El Licenciado Amaya, se destaco dentro del FNRP, como Coordinador de los Abogados en Resistencia. Dès le début, il a été le premier à se rendre dans les postes de police et dans les centres de détention afin de déposer l'habeas corpus, et exiger la libération de camarades de la Résistance et dans les tribunaux pour défendre les militants poursuivis. Marco Tulio Amaya était notamment l'avocat de 56 agriculteurs de l'Institut national agraire (INA). Además llevaba la causa de los empleados despedidos del SITRAUNAH. Il plaidait également dans l'affaire des salariés licenciés de SITRAUNAH.

Conformément à un Conformément à uscénario habituel, l’enquête policière a immédiatement conclu à un crime de droit commun. La police a refusé d'envisager Sin embargo, de acuerdo con las mismas informaciones, hasta la fecha, la policía no ha considerado la posibilidad de que el Sr. Marco Tulio Amaya haya sido asesinado por sus actividades en el marco del Frente de Abogados Contra el Golpe de Est et a refuisé la possibilité que M. Marco Tulio Amaya ait été tué four ses multiples activités au sein du Front pour les avocats contre la coup d'Etat.

Le Comité des prisonniers, persécutés et exilés politiques du coup d'Etat au Honduras (CPPEPH) A pesar de los informes de los órganos interamericanos de Derechos Humanos, el Estado Hondureño sigue omitiendo su deber de protección frente a la población Hondureña, lo cual se concreta en: a élevé une protestation contre les assassinats ciblés de membres du Frente Nacional de Resistencia Popular (FNRP), depuis le 28 Juin 2009, au cours desquels 120 de ses membres ont été tués, en dépit des rapports des organes interaméricaine des droits de l'homme demandant à l'État de protéger la population du Honduras.

 

 

 

2011

 

 

 

 

 

16.          Margoth Irías Miralda, (61 ans), (18 février 2011)

17.          Patricia Isabel Patiño Munguía, (9 février 2011)

18.          Carlos Roberto Marroquín Ortega, (21 février 2011)

19.          Carlos Velasco Laínez, (22 février 2011)

20.         Luis Octavio Caballero Mejía, (23 février 2011)

21.          Armando Palma Reina, (40 ans), (27 février 2011)

22.         Celso Palma, (28 février 2011)

23.         Daysi Elisa Escoto López, (6 mars 2011)

24.         Óscar Orlando Cruz Colindres, (15 mai 2011)

25.         Milton Geovany González Hernández, (22 mai 2011)

26.         Raúl Enrique Reyes Carbajal, (27 mai 2011)

27.         María Lastenia Cruz Meija, (57 ans), (6 juin 2011)

28.         Juan Carlos García Mariano, (41 ans), (3 août 2011)

29.         Denis Esperanza López Arteaga, (8 août 2011)

30.         José Efraín Aguilar Cárcamo, (27 août 2011)

31.          José Enrique Pagoaga Mejía, (47 ans), (2 octobre 2011)

32.         Ana Mélida Hernández Laínez, (8 octobre 2011)

33.         Máximo Javier Janser Saravia, (28 octobre 2011)

34.         Judith Juventina Alemán Banegas, (7 novembre 2011)

35.         Benigno Alberto Cerrato Avilés, (21 novembre 2011)

36.         José Isidro García, (22 novembre 2011)

37.         Alfredo Geovani Moradel Ramos, (40 ans), (28 novembre 2011)

 

 

 

 

23 février 2011

*       Luis Octavio Mejía Caballero

Assassiné à Tegucigalpa

 

image001

Luis Octavio Mejía Caballero, 64 ans, a été tué sur le boulevard de La Hacienda à Tegucigalpa par deux hommes qui ont tiré 14 fois sur son véhicule.

Il venait de quitter sa maison dans la colonie Bella Oriente dans sa camionnette Mitsubishi, rouge, pour accompagner son petit-fils à l'école située dans Lomas del Mayab. Il avait suivi comme toujours le même chemin depuis son domicile sans peut-être imaginer pouvoir etre victime de l'attaque criminelle. Deux hommes armés l'attendaient à l'intersection du boulevard de l'Hacienda et de Suyapa, leur moto garée dans une station-service, pour ne pas éveiller les soupçons qu'ils ont l'intention d'exécuter un crime. La circulation des véhicules à 7 heures  du matin a été lente. Quand l'avocat est passé,  il a été abattu à bout portant avec une arme de calibre  9 mm. Quelques 14 douilles démontrent la fureur avec laquelle les criminels ont attaqué. En quelques de seconde assassins présumés sont montés à bord de la moto et ont détalé en accélérant en direction nord sur le boulevard sans que personne ne les poursuive. Luis Octavio Mejía Caballero, est mort sur le coup sur le volant du véhicule

 

Ironie du sort, au même moment, le ministre de la Sécurité, Oscar Alvarez était en train de donner une interview à une télévision, à un pâté de maisons de la scène du crime, ce qui avait justifié une présence policière renforcée dans le secteur.

Luis Octavio Mejía Caballero avait été le directeur de l'Institut national pour les enseignants, INPREMA, en 2004 et travaillait dans son cabinet d'avocat privé. Un de ses plus proches amis, a révélé que Luis Octavio Mejía Caballero, lui avait dit récemment avoir été appelé par le crime organisé à payer l'impôt de guerre dans la colonie de Bella-Oriente. Selon le rapport fourni par HRN, l'avocat a refusé de payer cette somme et il aurait insulté les interlocuteurs.

 

bandeau2016-2

 

 

2012

 

 

38.         José Ricardo Rosales, (17 janvier 2012)

39.         Marco Antonio Cruz Banegas, (23 mars 2012)

40.         Ramón Benjamín Flores Cubas, (2 avril 2012)

41.          Juan Fernando Erazo Mejía, (27 avril 2012)

42.         Héctor Javier Padilla Velásquez, (4 juin 2012

43.         Hernán Aplícano Medina, (12 juillet 2012)

44.         Ernesto Velásquez Martínez, (26 août 2012)

45.         Julio César Cassaleno, (28 août 2012)

46.         Antonio Trejo Cabrera, (22 septembre 2012)

47.         Eduardo Manuel Díaz Mazariegos, (24 septembre 2012)

48.         Edgardo Adalid Motiño Flores, (3 novembre 2012)

49.         Marlon Saúl Cerrato Gómez, (9 novembre 2012)

50.         Mario Francisco Pérez, (14 novembre de.2012)

51.          José Ramón Lagos Lobo, (22 décembre 2012)

52.         Juan Antonio Romero Rodríguez, (25 décembre 2012)

 

 

 

 

 

 

 

17 janvier 2012

José Ricardo Rosales

Assassiné trois jours après avoir dénoncé de très graves violations des droits de l’homme attribuées à la police.

 

rosales

José Ricardo Rosales, 42 ans, avocat au barreau de La Ceiba, qui exerçait sa profession à San José de Tela, dans le département d’Atlántida, a été assassiné, le 17 janvier 2012, alors qu’il se rendait à une audience. Il quittait son cabinet où se trouve également son domicile, lorsque trois individus armés et encapuchonnés ont tiré sur lui. Il n’a pas survécu à ses blessures.

José Ricardo Rosales a été abattu trois jours après avoir dénoncé, en compagnie d’un autre avocat, Elvin Varela, au quotidien Diario Tiempo, les très graves violations des droits de l’homme attribuées à des fonctionnaires de police de Tela, notamment des allégations de torture à l’encontre de détenus, dont il avait eu connaissance par les dépositions de parents des victimes et par un témoignage direct d’une jeune fille.

Dans ses déclarations, publiées dans l’édition du 14 janvier 2012, il affirmait : « que les policiers qui viennent d'arriver dans la ville de Tela, ont participé à des opérations, commis des abus et des violations des droits de l’homme en frappant et torturant des enfants et même en se livrant à des attouchements sur des filles ». Ces actes étaient imputés à des policiers entrés récemment en fonctions à Tela pour en remplacer 70 autres déplacés vers d’autres postes dans le cadre de mesures de rotation au sein de la police instaurées par l’Opération Éclair (Operativo Relámpago), lancée en novembre par le gouvernement et destinée officiellement à “lutter contre l’insécurité”.

José Ricardo Rosales était un avocat réputé dans le nord du Honduras. Il avait récemment défendu Marco Joel Alvarez Barahona, alias « el Unicornio » (La Licorne), inculpé puis blanchi dans l’enquête sur l’assassinat, le 11 mars 2010, du journaliste David Meza Montesinos.

 

 

bandeau2016-2

 

 

*               22 septembre 2012

Antonio Trejo Cabrera

L’avocat des paysans privés de leurs terres assassiné à Tegucigalpa.

 

RAMONLOGO Antonio Trejo Cabrera, 41 ans, est mort au soir du 22 septembre alors qu’il assistait à un mariage, dans la banlieue sud de la capitale, Tegucigalpa. Des hommes armés ont tiré sur lui à cinq reprises devant un édifice où avait lieu un mariage. Selon la presse, l’attaque armée porte la marque d’un acte soigneusement préparé et exécuté par des experts. Quelques heures avant le meurtre, il avait participé à une émission télévisée lors de laquelle il avait accusé des membres du Congrès d‘utiliser les projets municipaux pour récolter des fonds électoraux.

Antonio Trejo était l’avocat de trois coopératives paysannes impliquées dans un complexe conflit foncier à Bajo Aguán, une vallée fertile du nord du pays. Il avait aidé les agriculteurs à récupérer leurs droits à la terre dans cette vallée. Il avait signalé avoir reçu des menaces de mort liées à son travail en faveur de victimes de violations qu'il représentait dans le cadre d'un conflit de terres dans la région. Il devait participer en octobre 2012 pour à des audiences devant la Cour Interaméricaine des droits de l’homme sur la situation de Bajo Aguán.

 

 

revolver 22 décembre 2012 

José Ramón Lobo Lagos

L’Ancien Président du Barreau d’El Progreso tué à la sortie une audience

 

RAMONLOGOJosé Ramón Lobo Lagos, 51 ans, avocat à El Progreso, Yoro, est mort avec son client lors d'une attaque par des hommes armés. Il avait accompagné son client au tribunal pour comparaître à une audience. Après avoir quitté le palais de justice, Ramón Lobo Lagos a demandé d’être conduit au centre-ville. Devant les locaux du Service d'incendie dans le quartier de Los Pinos des hommes armés à bord d’une voiture, ont ouvert le feu sur le véhicule à plusieurs reprises,

José Ramón Lobo Lagos a reçu une balle dans la nuque a été admis à l'hôpital régional où il est décédé quelques minutes plus tard. Le client a également été tué.

Selon l’enquête, l'attaque était dirigée contre le client, qui était impliqué dans une affaire de meurtres mais aussi de parricide pour la mort d'un frère survenu à Morazan, dans le Yoro.

José Ramón Lobo Lagos avait été le président de la section d’El Progreso du Collège des Avocats du Honduras de 2006 à 2008 et de 2008 à 2010. Il a également été membre de la chorale et de musique de l'Église catholique Las Mercedes.

 

 

 

2013

 

 

 

53.         Óscar Mauricio Benavides, (3 janvier 2013)

54.         Andrés Antonio Alvarado Zavala, (4 février 2013)

55.         José Andres Andrade Soto, (21 février 2013)

56.         Héctor David Quezada, (24 février 2013)

57.         Saíd Alfredo Castillo Valenzuela, (23 mars 2013)

58.         Robinson Fernando Espinal Ponce (45 ans), (3 avril 2013)

59.         Orlan Arturo Chávez, (18 avril 2013)

60.         Luis Alfredo Mejía Oyuela (55 ans), (14 mai 2013)

61.          Francisco Erick Rodríguez (62 ans), (16 mai 2013)

62.         José Manuel Madrid Chinchilla, (9 juin 2013)

63.         Walter Díaz Padilla (32 ans), (13 juin 2013)

64.         Omar de Jesús Garay (26 ans), (13 juin 2013)

65.         Mireya Efigenia Mendoza Peña (43 ans), (24 juillet 2013)

66.         José Ángel Pérez Aguilar, (7 août 2013)

67.         Pedro Adonay Romero Juárez, (15 août 2013)

68.         Dinia Mercedes Acosta, (17 septembre 2013)

69.         Ahmed Francisco Zelaya Moncada, (29 septembre 2013)

70.         Víctor Fernández, (6 novembre 2013)

71.          Victor Carías Rivera, (21 novembre 2013)

72.         José Armando Martínez Motiño, (3 décembre 2013)

73.         José Enrique Reyes Coto, (8 décembre 2013)

74.         Juan Carlos Moreno Lara (41 ans) (20 décembre 2013)

 

 

 

 

 

 

 

* 4 janvier 2013

Óscar Mauricio Benavides

Tué à Tegucigalpa

 

Reyes benavidesÓscar Mauricio Benavides 37 ans, a été abattu dans le quartier de Los Laureles de Tegucigalpa, à Los Laureles de Comayagüela, par deux hommes armés à moto. Il était au volant de sa voiture à faible vitesse lorsqu’il a reçu plusieurs balles dans la poitrine par la vitre avant du véhicule.

 

Il est le premier avocat assassiné en 2013, qui rejoint la longue liste des personnes tuées au cours des dernières années des avocats, dont le nombre dépasse la cinquantaine.

 

* 4 février 2013

Andrés Antonio Alvarado Zavala

Abattu par sur le boulevard central de Tegucigalpa

 

Andres Antonio Zavala, 49 ans, a été abattu par des inconnus sur le boulevard central, à l’est de Tegucigalpa alors qu’il marchait sur un passage inférieur du pont près d’un centre commercial. Deux hommes ont tiré sur lui à bout portant et se sont enfuis sur une moto. Il a reçu au moins cinq balles de calibre 9 mm causant sa mort instantanée.

Andres Antonio Alvarado Zavala, 49 ans, travaillait comme avocat assistant. Il exerçait aussi la fonction de tramitador, qui facilitait les démarches administratives.

 

 

*                21 février 2013

José Andres Soto Andrade

Assassiné à Tocoa

José Andrés Soto Andrade, 58 ans, a été tué par plusieurs coups de feu en plein centre de Tocoa, par deux hommes qui l’attendaient alors qu’il allait faire des démarches dans les services du Registre national des personnes (RNP). Il marchait dans le quartier de La Esperanza, quand deux hommes armés ont tiré sur lui. Il s’est effondré et les tireurs l’ont achevé. Huit douilles de différents calibres ont été retrouvées. Aucun de ses effets personnels n’a été dérobé.
Jose Andres Soto Andrade a été le chef régional de l’Institut national agraire de Tegucigalpa (INA) après le coup d’Etat de 2009. Il travaillait désormais à Tocoa, dans le cabinet de son beau-frère, Filander Oscar Reyes, également chef du Parti national et le défenseur Ramon Lobo, frère du président Porfirio Lobo Sosa.

 

 

 

*               22 février 2013

Héctor David Quezada García

Le président du Barreau de San Pedro Sula criblé de coups de couteau

 

hectorquezadaHector Quezada Garcia David, 57 ans, a subitement cessé de répondre aux messages de son téléphone portable le 22 février 2013 et n’a plus répondu aux appels. Il avait annoncé sa venue pour le déjeuner, ce qui a alerté sa famille. Des proches ont constaté la fermeture des bureaux, ils ont frappé à la porte, mais personne n’a répondu. Vers  Vers deux heures de l’après-midi, son éSegún fuentes allegadas a la familia el abogado estuvo intercambiando mensajes con su esposa alrededor de las 11 de la mañana y le dijo que llegaría a la casa para almorzar a las doce del mediodía, razón por la cual la familia se preocupó.pouse, juge à la Cour suprême de justice, sa fille également juge au Tribunal administratif, et un employé de la famille se sont rendus dans son cabinet à San Pedro Sula, où ils ont retrouvé Hector Quezada Garcia David, criblé de coups de couteau. Des traces de lutte témoignent qu’il s’était battu avec son agresseur.

Hector Quezada David Garcia, natif de San Pedro Sula, a toujours vécu dans la maison où il avait son cabinet d’avocats.   Il était El abogado, con más de 30 años de experiencia en el área mercantil y asesor de varias empresas, dejó de contestar los mensajes desde su celular y tampoco respondió las llamadas al fijo y al móvil.Il était le président de la section de San Pedro Sula de l’Association du Barreau du Honduras (CAH), depuis plusieurs années. Depuis plus de 30 ans, il était spécialisé dans le droit privé et conseillait les plus importantes entreprises de la région.

 

16 mai 2013 

couteauFrancisco Erick Rodríguez

Poignardé à mort colonie de Sainte-Marie de Tegucigalpa

 

erickrodriguesFrancisco Erick Rodriguez, 62 ans, originaire de Santa Rita, Santa Barbara, a été poignardé à mort un matin, dans une maison située à 21 Colony, à l’est de la ville.

À huit heures du matin il s’était rendu à la maison d’un de ses parents qui vivaient aux États-Unis, dont il gérait la location. L’immeuble était alors inhabité car les locataires avaient quitté les lieux en laissant un arriéré impayé de 14.000 lempiras.

Selon certains membres de la famille et des témoins, Francisco Erick Rodriguez aurait reçu le matin un appel d’une personne qui lui devait de l’argent, ou selon d’autres, qui désirait louer la propriété aurait sollicité un rendez-vous. Quoi qu’il en soit, Francisco Erick Rodriguez s’est rendu au rendez-vous. Lorsqu’il a ouvert la porte, un individu l’attendait à l’intérieur et l’a frappé à mort en lui portant plusieurs coups et lui perforant la poitrine et le thorax. L’assassin est reparti en taxi.

Spécialiste de droit du travail, Francisco Erick Rodriguez était le frère de Olvin Rodriguez, l’ancien président de l’Association du Barreau du Honduras (CAH) et président du Conseil Académique de l’Université nationale autonome du Honduras (UNAH). Il avait plus de 20 années de pratique professionnelle en droit du travail, dans son cabinet installé dans la banlieue de Miraflores.

 

14 mai 2013

*    Luis Alfredo Mejía Oyuela

Le coordinateur de la Formation des avocats du Honduras (CAH), abattu à Tegucigalpa

 

Luis-Alfredo-Mejia-Oyuela_480_311Luis Alfredo Mejía Oyuela 55 ans, a été tué, aux alentours de 17h30, près du centre résidentiel Maya, par trois individus alors qu’il venait de quitter les locaux du barreau et avait pris un taxi pour aller faire une course.

 Luis Alfredo Mejía Oyuela, était l’un des trois coordinateurs au niveau national du Colegio de Abogados du Honduras (CAH). Le matin il avait pris un petit déjeuner avec le président du Barreau national et les autres coordinateurs de la formation pour définir de nouvelles lignes de programmes de formation pour les professionnels. La préparation du programme annuel de formation a duré jusqu’à quatre heures. Luis Alfredo Mejía Oyuela, a quitté le Colegio de Abogados après la réunion des coordinateurs, vers cinq heures de l’après-midi. Sa voiture étant dans un atelier de réparation, il a pris un taxi car il devait aller chercher des vêtements dans le quartier dit du village olympique. Quelques minutes plus tard, il a été tué par balles près du mur d’enceinte de la résidence Maya et de l’usine de la Société nationale d’électricité (ENEE). Le soir du crime vers 21 heures, le taxi a été retrouvé abandonné dans le quartier de Loarque Altos, au sud de la capitale. Il n’aurait pas été signalé comme volé.

Luis Alfredo Mejía Oyuela, membre de la formation disciplinaire du collège national des avocats (Tribunal d’Honneur), était un membre actif du collège national des avocats du Honduras. En outre, il était le bras droit du trésorier, Gilberto Ochoa, dans la révision des comptes du barreau. Homme sans histoires, père de deux garçons de 16 et de 3 ans, il était de sensibilité libérale et membre du Frente Independiente. Il avait travaillé dans les Services de l’environnement, et était expert en matière de procédures administratives dans le domaine de la sylviculture et de l’exploitation minière. Le président du Barreau national du Honduras (CAH), Roy Urtecho, a condamné avec véhémence le meurtre : «Je ne peux pas croire que [l’assassinat de Luis Alfredo Mejía Oyuela] ait été un message en direction du conseil de de l’ordre, et pour cela, nous vous demandons de mener l’enquête, et de vous y consacrer jusqu’à ses ultimes conséquence », a lancé le président du CAH à l’adresse des autorités.

 

bandeau2016-2

 

8 juin 2013

*    Jose Manuel Madrid Chinchilla

Assassiné dans sa ferme, un dimanche, près de Trujillo

chinchilla

José Manuel Madrid Chinchilla, 59 ans, a été tué dans sa propriété agricole, près du village de Nuevo Marañones, à huit kilomètres de Trujillo.

Comme chaque week-end, il s’était rendu tôt le matin dans sa ferme et avait laissé sa camionnette garé sur le côté de la route asphaltée, parce qu’il n’y a pas d’accès routier à la propriété. Après avoir marché quelques minutes en direction de sa ferme, il a été intercepté par des inconnus qui l’ont abattu de quatre coups de feu, deux dans la tête et deux au niveau du cœur. Il apparaît qu’il a été battu avant d’être abattu. Le corps portait des marques de bottes dans le dos et le cou, et des ecchymoses sur un bras.

Originaire d’Ocotepeque, José Manuel Madrid Chinchilla s’était installé à Trujillo, où il exerçait sa profession d’avocat, depuis plus de trente ans. Il était le conseil de la société Óleo Palma de Centroamérica S. A et s’occupait, à côté de de sa profession, de son élevage et de sa plantation de palmiers à huile.

 

13 juin 2013

*    Walter Díaz Padilla et Omar de Jesús Garay

Pris pour cibles par arme à feu à Tocoa

 

Walter DiazCinq jours après l’assassinat de Jose Manuel Madrid Chinchilla près de Trujillo, deux avocats en train d’effectuer des diligences professionnelles dans un camion Jeep, ont été victimes de tireurs, dans le centre-ville de Tocoa.

Walter Díaz Padilla, 31 ans, et Omar de Jesús Garay, 26 ans, ont été attaqués par des hommes armés à moto qui les ont suivis puis ont tiré à plusieurs reprises en les dépassant à la hauteur de la vitre du conducteur.

Walter Díaz Padilla est mort sur le coup de multiples blessures par balles de 357, tandis que son confrère, a été soigné à Hôpital régional San Isidro de Tocoa.

Les deux avocats défendaient les intérêts de la société Dinant, un groupe agro-industriel dont les activités agricoles commerciales dans le Bajo Aguán ont provoqué un litige foncier avec la paysannerie locale. Très connu à Trujillo, Walter Diaz a été candidat à la mairie de Trujillo pour le parti anti-corruption (PAC).

Le Commissaire national aux droits de l’homme a demandé à ce qu’il soit mis un terme à la violence dans la région de l’Aguán.

 

 

6 août 2013

*    Jose Angel Perez Aguilar

Réfugié plusieurs mois aux Etats-Unis après avoir été menacé de mort, abattu à son retour dans le nord du Honduras

 

El-abogado-Jose-Angel-Perez-Aguilar_480_311José Ángel Pérez Aguilar, 35 ans, avocat spécialisé dans les affaires pénales, à San Pedro Sula, avait reçu des menaces de gangsters parce qu’il aurait refusé de les défendre. Lors d’une conversation téléphonique, en mai, il avait indiqué qu’une attaque contre lui et un procureur était en préparation. Il avait déposé plusieurs plaintes concernant les menaces qu’il avait reçues, notamment une plainte auprès du bureau du Procureur général pour menaces de mort et au Commissaire national des droits de l’homme, le 15 mai. Il avait aussi demandé l’assistance du Barreau, l’aide du parquet et des autorités des droits de l’homme, mais il n’a reçu de soutien d’aucune institution.

Après les dernières menaces, José Ángel Pérez Aguilar a décidé de fuir aux États-Unis, puis au Guatemala, en s’efforçant de voyager constamment pour échapper à des agresseurs éventuels.

Mais, deux mois plus tard, il a décidé de revenir pendant dix jours, parce que sa famille lui manquait. Il pensait aussi – faussement – que la menace qui pesait sur sa vie s’était éloignée. Il est revenu en juillet 2013 et a été assassiné le 5 août.

Après son retour à San Pedro Sula, il est venu chercher sa femme tous les jours à son travail. Le 5 août, comme les jours précédents aux alentours de 15h00, il a garé sa voiture banalisée en face de l’école où travaillait son épouse, puis il est entré dans l’institution. Lorsqu’il est sorti avec elle et une autre dame, trois hommes âgés entre 25 et 30 ans ont ouvert le feu sur lui. Les deux femmes ont pu en réchapper en se cachant sur ​​le côté du véhicule, tandis que l’avocat a été abattu alors qu’il était assis à la place du conducteur.

   

    15 août 2013

*    Pedro Adonay Romero

Assassiné à Tegucigalpa

 

El-abogado-Pedro-Adonay-RomeroPedro Adonay Romero, 44 ans, a été tué dans la soirée du 15 août à Tegucigalpa par des inconnus, alors qu’il venait de quitter son domicile de la résidence El Dorado, au volant de sa voiture. Son véhicule a été intercepté par des hommes armés à moto, qui ont tiré sur lui et l’ont laissé grièvement blessé. Par la suite, l’avocat a pu sortir du véhicule malgré les blessures qui lui avaient transpercé le corps et a réussi à se diriger vers le bloc Z de la résidence Honduras, où il s’est effondré, mort.

Pedro Adonay Romero est tombé juste en face de l’endroit où un commissaire de police a été grièvement blessé un mois plus tôt lors d’un affrontement avec des criminels Il était le frère de l’ancien directeur de l’immigration, Ramón
Romero. Il ne s’occupait que de procès civil.

 

 

 

 17 septembre 2013

*    Dinia Mercedes Acosta

Assassinée à San Pedro Sula

 

diniaDinia Mercedes Acosta Galindo, 43 ans, après avoir quitté son cabinet, au volant de son véhicule dans le quartier de Las Palmas, a été prise en filature par plusieurs hommes à bord d’un véhicule sans plaques d’immatriculation qui lui ont bloqué la route en tirant sur elle avec des armes à feu. Grièvement blessée, elle a perdu le contrôle de son véhicule qui est allé s’arrêter sur le bas-côté de la rue. Là, les agresseurs ont recommencé à cribler le véhicule de balles. L’un des hommes armés est descendu, et s’est approché pour achever la victime. Dinia Mercedes Acosta Galindo est morte instantanément. Les auteurs ont pris la fuite. Sur les lieux gisaient 28 douilles de différents calibres.

Dinia Mercedes Acosta Galindo, mère de quatre enfants, originaire de Tegucigalpa, s’était installée à San Pedro Sula 20 ans plus tôt. Spécialisée en matière pénale, elle avait traité plusieurs affaires de blanchiment d’argent, de possession illégale d’armes, de complot, assassinat et autres crimes devant les juridictions pénales.

 

 

29 septembre 2013

*    Ahmed Francisco Zelaya Moncada

Criblé de balles lors d’une fête d’anniversaire à San Pedro Sula

 

Ahmed Francisco Zelaya MoncadaAhmed Francisco Zelaya Moncada, 38 ans, a été criblé de balles par six hommes cagoulés à San Pedro Sula. Il était en compagnie d’un de ses amis. Les deux hommes ont été abattus lors d’une fête d’anniversaire autour d’un terrain de football. Les agresseurs cagoulés sont sortis de deux fourgonnettes noires et se sont présentés comme des policiers. Ils ont déclaré agir dans une opération de routine pour vérifier s’il y avait de la consommation d’alcool. Les meurtriers se sont dirigés vers leurs deux victimes, ont tiré avant de s’enfuir.

L’avocat et le marchand sont morts immédiatement de leurs blessures à la tête.

Ahmed Francisco Zelaya avait été auparavant juge des tribunaux de première instance et juge des enquêtes de médecine légale en 2002 à San Pedro Sula et Choloma. Après avoir quitté l’institution judiciaire, Zelaya s’était installé comme avocat indépendant et avait ouvert un cabinet à San Pedro Sula.

 

 

 

21 novembre 2013

*    Victor Rivera Carías

Abattu lors d’une réunion dans un centre sportif à Tegucigalpa

 

victorVictor Rivera Carías, 42 ans, a été abattu en même temps que le gestionnaire d’un centre sportif, à Tegucigalpa, où il s’était rendu avec trois autres avocats en charge des affaires du centre sportif – un mini terrain de football – dans le quartier La Granja de Comayagüela. Dans la soirée, plusieurs individus conduisant deux camionnettes et une moto, sont venus sur le centre sportif, et après avoir identifié Victor Rivera Carías, ont tiré sur lui, de la rue à travers une clôture. Puis ils ont tiré sur les invités, touchant le propriétaire des lieux qui est mort sur le coup et causant des blessures à deux autres avocats, Fanny Flores, et Reynaldo Hernández Barahona. Transportés à l’hôpital, Victor Rivera Carías y a été déclaré mort.

Victor Carias plaidait devant les juridictions pénales depuis environ cinq ans bien qu’il soit diplômé dans cette matière depuis 2001. Selon des proches, Rivera Carías n’avait jamais reçu des menaces de mort et n’a jamais mentionné avoir été victime d’intimidation à l’occasion de ses activités professionnelles.

 

 

8 décembre 2013

*    José Enrique Reyes Coto

Assassiné lors d’une réunion de Río Blanquito à Choloma

reyescoto

Jose Enrique Reyes Coto, 38 ans, a été tué, par trois inconnus qui ont tiré sur lui avec des armes à feu alors qu’il conversait avec des amis dans le centre de réunion de la communauté de Río Blanquito de Choloma.

José Enrique Reyes Coto avait participé aux dernières élections générales en tant que candidat au poste de conseiller municipal à la mairie de Choloma pour le Parti Libertad y Refundación (Libre). Selon l’enquête préliminaire, il aurait été abattu parce qu’il n’avait pas obtenu la remise en liberté d’un de ses clients.

 

Jose Enrique Reyes Coto a été le 22e avocat abattu au cours de l’année 2013 et le 74e avocat mort de mort violente depuis 2010. Si l’on y ajoute, Orlan Arturo Chávez, 52 ans, Procureur spécial pour la lutte contre le crime organisé (Fiscalía Especial contra el Crimen Organizado), assassiné le 18 avril 2013 et Mireya Efigenia Mendoza Peña, 43 ans, juge à El Progresso, et responsable de l’association des juges pour la démocratie, abattue le 24 juillet 2013, qui ont le titre d’avocat mais exerçaient des fonctions judiciaires, ce sont 24 avocats qui ont été assassinés au Honduras au cours de l’année 2013.

 

 

2014

 

 

 

 

75.         Alfredo Oswaldo Luján González – 17 janvier 2014

76.         José Nicolás Bernárdez – 14 mars 2014

77.         Lenin Adolfo Castañeda 32 ans, – 14 mars 2014

78.         Roberto Nieto Cruz, 56 ans, 6 avril 2014 (6)

79.         Rosalío Morales Carrillo, 58 ans – 25 mai 2014

80.         Juan Eliseo Osorio Aguiriano, 66 ans, – 26 juillet 2014

81.          Dilmer Eusebio Reyes Torres, 42 ans – 16 septembre 2014 (17)

82.         Rafael Alberto Paredes Paz 60 ans, – 18 septembre 2014

83.         Iris Elizabeth Argueta Gonzales, 35 ans, – 23 octobre 2014

84.         Edwin Geovanny Eguigure Abdul, 39 ans – 11 novembre 2014

 

 

 

 

 

 

17 janvier 2014

*    Oswaldo Luján

Abattu à côté de son fils au sortir de son cabinet à Tela, Atlantida

 

Oswaldo LujánOswaldo Luján a été abattu de plusieurs balles par un tueur à gage à bord d'une moto au sortir de son cabinet. Il venait de quitter son bureau, avec un de ses plus jeunes fils, pour aller en voiture dans le centre de Tela, à Atlantida. Sa femme, qui montait l'escalier pour rejoindre son appartement situé dans le même bâtiment, a entendu les coups de feu et a vu son mari gisant inanimé sur le trottoir entre une grille de métal et la voiture. L’avocat a été tué sur le coup mais son fils n'a pas été blessé. Oswaldo Luján était un avocat renommé à Atlantida. Il était conseiller juridique et assesseur de la municipalité de Tela.

Le Barreau de Tela a organisé une manifestation devant le siège du Ministère public pour demander publiquement aux autorités que justice soit faite sur ce dossier.

Oswaldo Luján est le quatrième avocat assassiné dans la région de Tela depuis 2012.

 

 

 

14 mars 2014

José Nicolás Bernárdez

 Assassiné à San Pedro Sula

 

José Nicolás Bernárdez,José Nicolás Bernárdez a été assassiné au volant de son camion pick-up, à 7h40 du matin, par des indivdus à moto dans le quartier populaire de Cabañas de San Pedro Sula, la deuxième ville la plus importante du pays.

L’avocat José Nicolás Bernárdez était réputé pour être un homme travailleur, reconnu et respecté par ses pairs. Il traitait des dossiers dans tous les domaines du droit et prestait au sein du « Centro Integrado de Justicia » comme défenseur. Il n’avait jamais fait l’objet de quelconques menaces.

Candidat du parti « Unificación Democrática » (UD) et membre du « Movimiento Pueblo Organizado en Resistencia del Partido Libertad y Refundación » (Libre), il luttait pour un pays moins violent. Il dirigeait par ailleurs le « Frente Reivindicador Democrático », de la section de San Pedro Sula du Barreau du Honduras.

Dans les heures qui ont suivi, sur la même côte nord du Honduras, l’avocat et juge de paix, Lenin Adolfo Castañeda était assassiné dans des conditions similaires, à Tocoa.

 

 

14 mars 2014

*    Lenin Adolfo Castañeda

Le fils du leader paysan assassiné dans le centre de Tocoa

 

castanedaLenin Adolfo Castañeda 32 ans, un avocat qui remplissait les fonctions de juge de paix de la ville d’Iriona, dans le département de Colón a été assassiné à 9h30 du matin, dans le centre de Tocoa. Des hommes à bord d'un camion ont tiré sur lui devant la porte de sa maison à las Flores. Il a été touché par six balles.

L'avocat avait participé la semaine précédente aux élections de la section de Tocoa de l'Association du barreau du Honduras (CAH) pour élire de nouveaux dirigeants.

Mariée avec l’avocate Lorena Hernandez Portillo, Lenin Adolfo Castañeda était le fils d'Adolfo Castañeda, fondateur du Mouvement paysan unifié de l'Aguán (MUCA), qui a déclaré avoir reçu y a plus d'un an des menaces téléphonique « de lui faire du mal, en enlevant ce qu'il aimait le plus ».

Adolfo Castañeda père, décédé le 17 novembre 2014, avait mis directement en cause la responsabilité des propriétaires fonciers de la région.

 

 

16 septembre 2014

*    Dilmer Eleuterio Reyes

Assassiné à cause d’un honoraire impayé à San Pedro Sula

 

reyesDilmer Eusebio Reyes Torres, 42 ans, a été abattu par quatre hommes armés à moto en même temps que son frère Elvis Talmiro Reyes Torres, 38 ans, qui vit aux États-Unis. Les agresseurs, après les avoir suivis sur un boulevard de San Pedro Sula, ont cerné le véhicule que venait d'acheter Elvis Reyes, avant de tirer. La voiture s’est écrasée contre un arbre sur le bas-côté. Les deux hommes sont morts. Dilmer Eusebio Reyes Torres était bien la personne visée car l'un des hommes s’est approché du véhicule du côté où il était assis, pour lui donner le coup de grâce.

Dilmer Eusebio Reyes Torres avait son cabinet dans le quartier de Medina. L’enquête a mis en évidence l’existence d’un différend sur des honoraires dus à l’avocat et l’implication possible dans le meurtre d’une personne qui restait redevable envers lui d’une importante somme d’argent.

En 2010, son père et son neveu, et en 2013 un autre frère, avaient été assassinés.

 

18 septembre 2014

*    Rafael Alberto Paredes Paz

Assassiné devant son domicile à San Pedro Sula

 

PAREDES-PAZRafael Alberto Paredes Paz 60 ans, a été abattu, par plusieurs individus de huit balles devant son domicile, dans le quartier Prado Alto de San Pedro Sula.

Rafael Alberto Paredes Paz avait exercé les fonctions de secrétaire municipal à Puerto Cortés ainsi que chef comptable de la même municipalité. Il était devenu tardivement avocat. À l’âge de 54 ans, il avait choisi d’aller à l'université pour obtenir son diplôme d’avocat.

Il pratiquait peu comme avocat plaidant et effectuait l’essentiel de son travail en dehors des prétoires. Il n’avait jamais eu de problèmes ou fait l’objet d’aucune menace.

 

 

 

 

6 avril 2014

*  Roberto Nieto Cruz

Abattu sur parking d’une fabrique de beignets à Tegucigalpa

 

nietoRoberto Nieto Cruz, 56 ans, a été assassiné alors qu’il marchait près du pont Las Lomas, sur le Boulevard Morazán à Tegucigalpa. Un tueur à gages à bord d’une moto a tiré trois fois sur lui à bout sur portant. Roberto Nieto Cruz a été abattu à l'entrée du parking d’une fabrique de beignets sur lequel il avait tenté de se réfugier.

Le mobile de l’assassinat reste inexpliqué. La police a exclu le vol car il avait sur lui son téléphone, son agenda et aucun de ses objets personnels n’avait disparu. Roberto Nieto Cruz était un avocat qui travaillait au Ministère public.

 

 

 

25 mai 2014

*    Rosalío Morales Carrillo

Criblé de 39 balles sur la route de Tegucigalpa à Comayagua

 

Rosalío Morales Carrillo, 58 ans, a été abattu sur la route qui mène de Tegucigalpa, et à Comayagua. Son véhicule a été pris alors qu’il revenait de San Isidro, Siguatepeque où il avait procédé à des démarches pour une affaire d’ordre foncier. Son pick-up rouge portait les impacts d’entrée et de sortie d’au moins 30 tirs de différents calibres. 39 douilles de pistolet compté sur la scène du crime.

Rosalío Morales Carrillo était impliqué dans la politique de sa région. Il avait participé aux élections primaires de 2008. Il figurait sur la liste des candidats à la députation présentée par le Movimiento Liberal Elvincita, mais il n'a pas été élu.

Le mobile du crime reste inconnu, la famille n’ayant par ailleurs souhaité faire aucune déclaration sur le drame.

 

6 juillet 2014

*        Juan Osorio Eliseo Aguiriano

Assassiné à Choloma

 

Juan Eliseo Osorio Aguiriano, 66 ans, a été tué à bout portant dans le quartier López Arellano, à Choloma, département de Cortés dans le nord du Honduras par trois individus.

Il est possible que son assassinat soit lié à un dossier d’occupation illégale dans lequel il intervenait depuis peu comme avocat.

 

 

11 novembre 2014

couteau Edwin Geovanny Eguigure Abdul

Tué de plusieurs coups de couteau à El Chimbo

 

eguigure.3Le 11 novembre 2014, Edwin Geovanny Eguigure Abdul, 39 ans, originaire de La Ceiba, Atlantida, résidant à Santa Lucia, à l'est de Francisco Morazán, a reçu plusieurs coups de couteau devant ses deux enfants et sa femme alors qu’ils se rendaient à pied à l'endroit où ils avaient garé leur voiture, à El Chimbo, sur la route menant à Valle de Angeles. Un autre agresseur a tiré avec un pistolet, puis a fui la scène L'avocat a expiré instantanément.

Il avait été procureur adjoint et avait démissionné le 15 juin 2011 pour travailler de façon autonome en tant que défenseur privé.

Un parent a offert une récompense de 100.000 lempiras honduriens (environ 4.000 €) à toute personne qui fournirait des informations sur l'identité des auteurs et commanditaires de l'assassinat..

 

 

 

Edwin Geovanny Eguigure Abdul fut le dixième avocat assassiné au Honduras en 2014 et le quatrième en moins de deux mois. Si l’on ajoute le meurtre des deux procureurs, Marlene Beatriz Banegas et Olga Patricia Eufragio Murillo, assassinées le 10 octobre 2014 à San Pedro Sula, qui bien que travaillant au parquet sont inscrites au barreau, ce sont douze avocats au moins ont été tués au Honduras, en 2014.

 

 

 

2015

 

 

 

 

85.     Elvin Roberto Reyes, (45 ans), (14 mars 2015)

86.     Sara Lorena Zepeda Turcios, (64 ans), (22 mars 2015)

87.     José Eduardo Gauggel Rivas, (61 ans), (10 avril 2015)

88.     Héctor Castro Cruz (60 ans), (24 avril 2015)

89.     Jorge Roberto Pérez Alemán (23 Avril 2015)

90.     Darwin Alexander Maldonado Montoya, (42 ans),(25 Avril 2015).

91.      Carlos Humberto Valladares Navas, (66 ans), (20 mai 2015)

92.     Mirna Yamileth Chávez Zelaya, (38 ans), (26 mai 2015)

93.     Xenia Esther Moya Castro, (18 juin 2015).

94.     Pompilio Coto Torres, (57 ans) (20 Juin 2015)

95.     Ángel Gabriel Viera Cano, (48 ans ), (14 juillet 2015)

96.     Reynaldo Iván Enamorado Castillo, (18 juillet 2015)

97.     Alma Dianeth García Villafranca, (27 juillet 2015)

98.     Eduardo Montes Manzano, (46 ans), (15 septembre 2015)

99.     Ilich José Lempira Villela, (25 septembre 2015)

100. Roy Alexander García, (46 ans), (27 septembre 2015).

 

 

 

 

 

 

 

14 mars 2015 

*    Elvin Roberto Reyes Martínez

Tué de plusieurs balles en sortant de son cabinet à San Pedro Sula

 

Abogado2 copieElvin Roberto Reyes, 45 ans, a été tué de plusieurs balles plusieurs balles peu après avoir quitté son bureau sur la Troisième Avenue, entre les 4e et 5e rues dans le quartier Guamilito à quelques pâtés de maisons du parc de San Pedro Sula. Il venait de quitter vers 14h00 son bureau au quatrième étage de l'immeuble de la Banque nationale de développement agricole (BANADESA), lorsqu’il a été abattu par un inconnu alors qu'il allait monter dans sa voiture,

Un individu lui a tiré douze balles sur plusieurs parties du corps avec un pistolet avant de s’enfuir dans une voiture qui les attendait un demi-bloc plus loin. Elvin Reyes Martinez avait trois blessures par balle dans le dos, deux sur la poitrine, cinq dans le bras gauche et deux fois à l'abdomen

Elvin Roberto Reyes Martínez était un avocat indépendant qui se consacrait aux affaires pénales depuis 20 ans. Selon ses amis, il n’aurait jamais dit avoir été menacé et il n’était pas en charge d’affaires délicates.

 

22 mars 2015

couteau Sara Lorena Zepeda Turcios

Tuée à coups de couteau dans sa maison de Godoy à Comayagüela

saralorenTurcio

Sara Lorena Turcios Zepeda, 64 ans, a été retrouvée morte dans sa chambre, dans le quartier Godoy, à Tegucigalpa. Elle a recu plusieurs blessures dans le dos avec un couteau et subi plusieurs traumatismes crâniens été mortellement poignardée dans sa chambre vers 3h du matin.La petite-fille adolescente qui vivait avec elle dans la même résidence et qui a retrouvé le corps gisant sur le sol de sa chambre vers 6h00 du matin, a indiqué que les agresseurs seraient entrés dans la maison par le mur arrière.

Sara Lorena Turcios Zepeda, retraitée deuis plusieurs années, a travaillé de nombreuses années à la Mairie du District Central et était l'ancienne épouse de Ruben "Cacho" Zepeda, ancien procureur général de la République. La DNIC n’exclut pas une complicité du petit ami de la propre petite-fille de la victime.

 

bandeau2016-2

 

 

10 avril 2015

* José Eduardo Gauggel Rivas

Assassiné avec son fils à San Pedro Sula.

 

GauggelJosé Eduardo Gauggel Rivas, 61 ans, et son fils le député libéral Eduardo Medina Gauggel ont été tués dans le quartier de Los Andes à San Pedro Sula, dans le nord du Honduras.

Avocat, universitaire et homme politique, il était diplomé en sciences sociales et juridiques à l'Université nationale autonome du Honduras (UNAH) et comme un avocat et notaire devant la Cour suprême. Il a été directeur académique, recteur de l'Université de San Pedro Sula et secrétaire adjoint de la UNAH. Il a également été juge de la Cour suprême et a été plus tard représentant du Honduras à la Cour de justice centraméricaine basés à Managua, au Nicaragua.

Faisant suite à une longue tradition familiale, il était un leader de longue date du Parti libéral. Il devait être le président du Front de la jeunesse libérale Copan et en 2012, il avait été candidat malheureux à la présidence de la République pour le Mouvement libéral démocratique organisée (Model). Il avait axé sa campagne sur la transformation du Honduras et la lutte implacable contre la corruption et la violence.

 

 

23 Avril 2015

*    Jorge Roberto Pérez Alemán

Assassiné en sortant du tribunal sur la route de Valladolid à Tomalá

Jorge Pérez Alemán

Jorge Pérez Alemán, a été abattu sur la voie publique à Tambla dans l'ouest du Honduras, alors qu’il voyageait en compagnie du présentateur d’une émission catholique sur Radio 94.1 Artemio Deras Orellana pour se rendre de Valladolid, où ils travaillaient tous les deux, à Tomalá, leur lieu de résidence.

Des témoins ont vu des suspects en attente à la sortie de Valladolid jusqu'à ce que Jorge Pérez Alemán soit sorti du tribunal. L’avocat aurait accepté de les prendre à bord de son véhicule. C’est de l’intérieur qu’ils auraient tiré sur lui au moment où il traversait un endroit isolé dénommé El Cerrón.

Perez est mort sur le coup dans la voiture, tandis que Deras Orellana, a pu être transféré à l'hôpital de San Marcos, Ocotepeque, où il est mort.

Le 5 mai un suspect de 22 ans a été appréhendé, porteur d’un revolver de calibre.38 qui serait, selon la police, serait l'arme du crime. Un litige lié à la possession de terres, serait la cause du crime

Originaire de Tomala, dans le Lempira, Jorge Pérez Alemán, diplômé de l'Université nationale autonome du Honduras (UNAH) à Tegucigalpa, Francisco Morazan, était un avocat renommé dans l'ouest du pays. Depuis 2009, il avait été appelé auprès de la Cour suprême (CSJ) et était au moment des faits juge dans les tribunaux de première instance de Valladolid. Il était aussi le père de la journaliste Marbella Perez, qui pratique à Santa Rosa de Copan.

 

 

24 avril 2015

*    Héctor Castro Cruz

Tué à La Lima Cortés

cruzcastroabogado-limaHéctor Castro Cruz, 62 ans, a été abattu à l'entrée principale de La Lima, dans le nord du Honduras. Il rentrait chez lui, dans le quartier Cerrato, au volant de son véhicule lorsqu’il a été intercepté par une camionnette. Il a bien essayé de fuir ses meurtriers, mais il n’a pu échapper à leurs balles.

Avocat de profession, mais aussi militant, il consacrait une partie de son temps à des fonctions d’enseignement secondaire. Il a été tué vers 20h30 minutes après avoir quitté un institut, où il venait de finir ses cours dans le secteur de la Planeta.

A la veille du jour où il a été tué, il avait dû faire appel à la police après des dégradations commises sur sa voiture. Un gang dit les « Pandilleros de la 18 » pourrait etre à l’origine de l'assassinat. Le quartier où vivait Héctor Castro Cruz constitue une frontière entre des groupes rivaux.

Hector Cruz Castro, avait été un dirigeant de l'Association des étudiants de l'Université de La Lima (Aseulima). Il était un militant de Libertad y Refundación (Libre) et a souvent participé aux manifestations dans les rues de San Pedro Sula.

 

 

25 Avril 2015

Darwin Alexander Maldonado Montoya

Abattu à La Ceiba.

 

Le 25 avril 2015, Darwin Alexander Maldonado Montoya, 42 ans, a été tué en plein après-midi dans une ruelle du quartier de l'Imam, près du stade Municipal Ceibeño de La Ceiba.
Selon des témoins Montoya a pris sa voiture pour aller rendre visite à un proche, quand il a été intercepté par des hommes non identifiés dans une voiture noire qui ont entamé une course poursuite et ont ouvert le feu sur lui. La victime a été touchée au bras, au cou et au visage. Les auteurs du crime ont pris la fuite tandis que le corps de Montoya était toujours à l'intérieur de la voiture. L'attaque était mortelle, la victime n'a pas eu le temps de réagir, et quand les autorités sont arrivées sur les lieux, la voiture de Montoya était encoreen marche. Le motif reste à ce jour inconnu, et les proches de Montoya n’ont aucune explication quant aux motifs du crime. Cet évènement s’est produit peu de temps avant que le Congrès national ait approuvé la loi sur la protection des avocats des droits de l’homme, des journalistes, des médias et des opérateurs de la Justice. Montoya était un avocat tr
ès respecté et dédié à sa profession. Il a été diplômé de l'Université Nationale Autonome du Honduras, mais a vécu toute sa vie à La Ceiba, où il avait aussi sa famille. Ses connaissances le décrivaient comme un homme honnête, humble et travailleur.

 

 

20 mai 2015

*  Carlos Humberto Valladares Navas

L’ancien inspecteur du Ministère des Travaux Publics tué avec son frère à coups de machette dans une maison résidentielle El Manantial

 

Carlos Humberto Valladares Navas, 66 ans a été tué avec son frère Rubén Antonio Bendaña Navas, 52 ans, le 20 mai alors qu’ils se reposaient dans leur maison située dans un quartier résidentiel près de Tegucigalpa. Ils ont été attaqués par des inconnus à coups de machette et le motif du crime était probablement un règlement de compte. Le 2 septembre 2015, l'assassin supposé de l'avocat et son frère, Nicanor Álvarez ont été arrêtés. D’après l’enquête, l’homicide a lieu sur les coups de 17 heures, lorsque l’homme est entré avec une machette et s’est violemment disputé avec ses futures victimes. Après plusieurs minutes de querelle Alvarez a sorti son arme et a porté plusieurs coups à Rúben Antonio, causant sa mort. Carlos Humberto a essayé de porter secours à son frère, mais a également été blessé par plusieurs coups de machette auxquels il a également succombé.
En dehors de sa profession de juriste, Carlos a également été inspecteur au sein de l’ancien Ministère des Travaux Publics, des Transports et du Logement (SOPTRAVI), maintenant connu sous le nom de Ministère des Infrastructures et Services Publics (INSEP). Le frère cadet de l´avocat était diplômé en administration des affaires et était au chômage.

 

 

26 mai 2015

*    Mirna Yamileth Chávez Zelaya

L’avocate de policiers impliqués dans l'assassinat des étudiants de l'université tuée à Comayagüela

 

mirnachavezMirna Yamileth Chávez Zelaya, 38 ans, a été tuée par des inconnus alors qu'il conduisait son véhicule dans la rue principale du quartier El Álamo à Comayagüela

Mirna Chavez était au volant du fourgon gris banalisé dans la rue qui communique avec les juridictions pénales de Francisco Morazan lorsqu’elle a été suivie par des inconnus armés sur une moto qui l’ont rattrapée et l’ont abattue à bout portant. La conductrice a perdu le contrôle du véhicule et est allé frapper un poteau électrique. Dans la fusillade un motocycliste qui se rendait à son travail a été blessé de plusieurs balles perdues.

Dans le véhicule a été découvert un sac avec plus de 100 grammes de cocaïne. L’enquête a tenté d'établir comment elle a acquis la drogue et la relation qu'il y avait avec le crime ainsi que les gens qu’elle avait défendus afin de déterminer si le crime est lié à l'exercice de sa profession.

Pénaliste, Mirna Chávez Zelaya défendait, entre autres, les quatre policiers impliqués dans l'assassinat des étudiants de l'université Rafael Alejandro Castellanos, fils du recteur de l'Université nationale autonome Honduras (UNAH), Carlos David Pineda Rodriguez, Julieta Castellanos, et son ami Carlos David Pineda. Elle défendait également des membres de l'organisation criminelle « El Combo que no se deja ».

 

 

18 juin 2015

revolver Xenia Esther Moya Castro

L’ancienne dirigeante de la Fédération nationale de football assassinée avant l’ouverture de son procès.

 

dt.common.streams.StreamServer.clsXenia Esther Moya Castro, avocate et ancienne dirigeante de la Fédération Nationale de Football du Honduras (FENAFUTH) a été tuée le 18 juin par trois individus qui sont entrés dans son bureau. Quelques heures avant sa mort, l'avocate était sur son lieu de travail avec sa secrétaire lorsque trois hommes sont descendus d’une voiture devant l'immeuble. Une fois entrés dans le bureau, ils ont exigé des informations sur quelques documents que possédait l’avocate. N'ayant pas trouvé ce qu'ils cherchaient, ils ont saccagé son bureau et détruit des dossiers puis lui ont tiré dessus trois fois. Elle est morte sur le coup. Après l'assassinat, ils sont sortis tranquillement et se sont enfuis en voiture.

Xenia Esther Moya Castro, juriste et ancienne dirigeante de la FENAFUTH a été impliquée dans un procès sous l'accusation se rapportant à un “prétendu abus de pouvoir” et “détournement de fonds publics”. Elle a été tuée quelques jours avant que son procès ne commence.

Plusieurs hypothèses sur sa mort ont été évoquées: une première est liée aux accusations contre elle pour “abus de pouvoir” et “détournement de fonds publics” lorsqu’elle était au FENAFUTH et une autre concerne ses liens avec une entreprise de taxis pour laquelle elle gérait quelques dossiers.

 

 

 

20 juin 2015

*             Pompilio Coto Torres

L’avocat de la Société nationale des ports (PEV).assassiné alors qu'il quittait son cabinet à Puerto Cortes

 

pompiliocotocortesDans la nuit du 20 juin 2015, Pompilio Coto Torres, 57 ans, se rendait à son domicile dans le quartier Copén à Puerto Cortés au nord du pays. Lorsqu’il est sorti de son véhicule, un individu en moto l’a abattu de plusieurs coups de feu avant de prendre la fuite. L’arme utilisée par l’assassin devait comporter un modérateur de son car tout le voisinage a affirmé ne pas avoir entendu des bruits de tirs. Deux mois plus tard, la police a arrêté un suspect. Il s’agit de Juan Carlos Munguía Dubón un agent de sécurité de l’entreprise ENP où travaillait Pompilio Coto Torress. Selon les responsables de l’enquête, Munguía serait l'auteur présumé des meurtres de Pompilio Coto Torres mais aussi d’un autre avocat, Ángel Gabriel Viera et aurait été recruté pour assassiner les deux hommes. Les autorités l’ont arrêté le 19 août 2015.

Pompilio Coto Torres travaillait comme conseiller juridique au sein de la Compagnie nationale des Ports (ENP). Le motif le plus probable de ces deux meurtres serait lié aux cas de corruption impliquant des employés du groupe et sur lesquels les deux hommes s’étaient penchés.

 

 

14 juillet 2015

*    Ángel Gabriel Viera Cano

Assassiné dans sa voiture dans le quartier de La Paz à La Lima, Cortés.

 

La Lima à La PazAngel Gabriel Viera Cano, 48 ans, a été tué le 14 juillet pendant la matinée dans le quartier de La Paz à La Lima. D’après la police, l'avocat été sorti de sa maison et s’est dirigé vers sa voiture et au moment où il est entré dans celle-ci, l'assassin en a profité pour lui tirer dessus. Le meurtrier a ensuite caché son arme sous sa chemise et a tranquillement fui à pied.

Un groupe de policiers de la Direction Nationale des Investigations Criminelles s’est rendu sur les lieux de l'assassinat pour enquêter sur la mort d’Ángel Gabriel Viera Cano. Mais la raison de sa mort reste encore inconnue. Il y a des suppositions concernant le lien entre son assassinat et son rôle au sein de l'Entreprise Nationale Portuaire, où il avait pris ses fonctions deux mois avant sa mort en tant que directeur du département des ressources humaines. Pompillo Coto Torres, également responsable juridique  du port, avait été assassiné le 20 juin.

Angel Gabriel Viera Cano avait travaillé auparavant comme coordinateur du département des ressources humaines à l'Institut de Formation Professionnelle et aussi comme coordinateur des inspecteurs auprès du Ministère du Travail. Des liens entre sa mort et ses précédents emplois restent possibles.

 

 

18 juillet 2015

* Reynaldo Iván Enamorado Castillo

Assassiné alors qu'il conduisait son véhicule dans San Pedro Sula.

 

Enamorado CastilloReynaldo Iván Enamorado Castillo 50 ans, natif et résident de San Pedro Sula a été tué alors qu'il conduisait son véhicule avec sa femme et sa fille, cinq ans dans le centre de cette ville.

un homme en chemise noire a tiré une balle dans la poitrine. Il s’est emparé  son téléphone cellulaire, qui était sur le tableau de bord.

Reynaldo Iván Enamorado Castillo, décrit comme un homme tranquille qui n'a jamais eu des problèmes avec personne, était fils de feu le journaliste Jorge Sosa Talavera, qui a travaillé pendant plus de 30 ans comme directeur de la rédaction de la Tribune de San Pedro Sula.

 

 

 

 

27 juillet 2015

*    Alma Dianeth Garcia Villafranca

La belle – sœur du maire de Tocoa, abattue alors qu'elle sortait de chez elle dans le quartier d'El Tamarindo.

 

dianethgarciavilafranca2Alma Dianeth Garcia Villafranca, 46 ans, était avocate, épouse de l'avocat Magin Funez et la belle-sœur de Adan Funez, maire de Tocoa (dans la province de Colón).

Alors qu'elle sortait de chez elle pour accompagner un de ses enfants à l'école, deux hommes à vélo, vraisemblablement deux tueurs à gage, se sont approchés d'elle pour lui remettre ce qui semblait être une enveloppe. Quand ils furent près d'elle, ils tirèrent plusieurs coups de feu et prirent la fuite.

Ses proches ont déclaré que ce n'était pas la première fois qu’Alma Dianeth Garcia Villafranca était victime de violences : en effet, quelques jours avant sa mort, elle avait été attaquée à son domicile.

 

 

 

 

 

Tuer l’avocat parce qu’en défendant les accusés, il les aide à échapper à une condamnation……

16 septembre 2015

*                Eduardo Montes Manzano

L’avocat de la vice-présidente du Congrès du Honduras poignardé à mort par un homme dans un ascenseur à Tegucigalpa.

 

eduardo-montesEduardo Montes Manzano, 44 ans, avocat pénaliste bien connu, a été attaqué en pleine matinée quand il quittait son bureau dans un bâtiment central de Metropolis à Tegucigalpa. Un jeune programmeur Rigoberto Paredes Andrés Vélez, 28 ans, a agressé l'avocat avec un poignard. Montes a tenté de lutter contre son agresseur mais a succombé aux 15 coups de couteau qui lui ont été portés. L'assassin a tenté de fuir, mais a été arrêté par le personnel de sécurité des lieux. Le suspect a été interrogé pendant 2 heures et a avoué le crime. Il a déclaré avoir voulu tuer Montes car il était l’avocat de la vice-présidente du Congrès du Honduras Lena Gutiérrez dans l’affaire Astropharma. Il a expliqué que la famille était nuisible au pays parce que beaucoup de personnes étaient mortes à cause de la pénurie  de médicaments au préjudice de la sécurité sociale et qu’il avait tué Eduardo Montes Manzano, parce qu’en les défendant, il les aidait à échapper à une condamnation. L’affaire  concernait la fraude contre l'Institut hondurien de sécurité sociale qui implique la vice-présidente du Congrès national, Lena Gutiérrez et sa famille. Selon l'accusation, la compagnie AstroPharma qui est lié à la famille Gutierrez, a vendu les médicaments de qualité douteuse et les prix gonflés au gouvernement. Lena Gutiérrez a été par voie de conséquence poursuivie pour fraudes envers le ministère de santé et falsification de documents. Les accusés, cependant, ont nié les accusations.

Eduardo Montes Manzano était un homme respecté et populaire. Il avait été au cours de  sa vie professionnelle, professeur d'université, magistrat, défenseur public, puis jusqu´à sa mort, avocat indépendant. Il avait également occupé les fonctions secrétaire du Tribunal Arbitral National de Football (TNAF), Il aspirait à devenir juge de la Cour suprême de justice (CSJ). Son assassinat a déclenché une vague d'indignation dans la société hondurienne.

 

 

 

25 septembre 2015

*    Ilich José Lempira Villela

L’avocat de Jose Miguel "Chepe" Handal et de son épouse, assassiné dans sa Mercedes à Tegucigalpa.

 

Ilich José VillelaIlich José Lempira Villela a été tué dans sa voiture Mercedes-Benz alors qu’il se dirigeait vers le centre de la ville avec un oncle.par un tueur à gages présumé dans la colonie Octobre 21 Tegucigalpa, Honduras. Une moto s’est approchée d'eux et un homme a tiré avec une arme automatique, le tuant son avocat pendant son parent était indemne. Le survivant a confié avoir entendu au moins 15 coups de feu. L’un des hommes armés s’est introduit dans la voiture et a volé une mallette qui contenait des documents professionnels.

Ilich Villela, était l'un des défenseurs de l’homme d’affaire d’origine palestinienne, Jose Miguel "Chepe" Handal, arrêté en vertu d’un mandat d’arrêt international le 12 mars 2015 et de son épouse, Ena Elizabeth Hernandez Amaya. L’enquête cherche à déterminer le type d'informations contenu dans la serviette volée afin de savoir si elle est liée au procès "Chepe" Handal pour trafic de drogue. Dans la semaine qui a précédé l'assassinat, Villela avait rencontré Handal pendant plusieurs heures pour analyser la situation juridique de l’accusé.

"Chepe" est fichés par le Département du Trésor des États-Unis pour appartenance à un cartel de la drogue au Honduras. Il est actuellement détenu dans une prison militaire du Premier Bataillon d'infanterie d’El Ocotal prétendument pour le «protéger ». Son épouse est poursuivie pour blanchiment d'argent. Leur procès avait commencé le 12 aout.

 

 

 

27 septembre 2015

*    Roy Alexander García

Tué avec son agent de sécurité dans la boutique d‘un barbier à San Pedro Sula.

roy alexander garciaAu moment où Roy Alexander García, 46 ans, est entré dans la boutique d’un barbier, avec son agent de sécurité, au moins deux hommes armés sont sortis d'une camionnette et ont vidé leurs chargeurs depuis le seuil du salon de coiffure avant de prendre la fuite. Roy Alexander Garcia est mort sur le coup, ainsi que l’agent de sécurité. Deux personnes ont été blessées, dont le propriétaire de l'entreprise qui a survécu.

Selon les enquêteurs, la cible de la fusillade était Roy Alexander Garcia Rivas. Outre sa profession d’avocat, il avait créé, il y a environ trois ans, à San Pedro Sula, une entreprise de sécurité appelé "Gafa Segurity". Il avait déjà subi un attentat près de chez lui mais il avait pu se précipiter dans la maison avec sa famille, en échappant ainsi aux balles.

Depuis, Roy Alexander Garcia Rivas ne circulait qu’armé et avec un agent de sécurité à ses côtés. Le jour des faits, Alexander García portait bien une arme sur lui, mais il n’avait pas pu l’utiliser pour se défendre. Quant à l’agent de sécurité, qui depuis huit mois, suivait l'avocat, il n'a pas eu le temps de tirer.

 

 

Copyright © 2016 by IDHAE Observatory and Vera Durant-Faber.

webmaster@idhae.org