Retour page d'accueil

IDHAE INFORMATION

 

 Joao Tancredo est le président de l’Institut pour les Défenseurs des Droits Humains, et l’ancien président de la Commission des Droits de l’Homme de l’Association du Barreau brésilien.

. Le 19 janvier 2008, Joao Tancredo rentrait d’une rencontre avec les habitants de la favela de Furquim Mendes à Vigario Geral, à Rio de Janeiro, lorsque deux hommes sur une moto, qui n'ont pu être identifiés car il portaient des casques, ont tiré quatre coups de feu sur sa voiture. Joao Tancredo venait de rencontrer les habitants de la favela, et venait d’entendre des témoignages au sujet d’assassinats qui auraient été perpétrés par un policier de l’Etat connu sous le nom de «Predator».

 

Joao Tancredo avait déjà reçu des menaces dans le passé et, de ce fait, avait une voiture pare-balles pour le protéger. Il semble que Joao Tancredo n’ait pas été tué dans l’incident grâce à cette protection.

 

Joao Tancredo aurait été démis de son poste de président de la Commission des Droits de l’Homme de l’Association du Barreau brésilien à cause de ses critiques ouvertes contre une opération de police où cours de laquelle 22 personnes avaient été tuées dans le complexe d’Alemano, en juin 2007.

 

Front Line pense que Joao Tancredo a été pris pour cible à cause de son action légitime en faveur des droits humains.  

 

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Au Brésil, les défenseurs des droits humains font l’objet de menaces, d’agressions physiques, d’assassinats, de détention arbitraire et de harcèlement judiciaire injustifié, y compris par le biais de procès en diffamation. Compte tenu de la diversité de la population, les défenseurs brésiliens proviennent d’horizons divers ; on y trouve des militants des droits humains, des membres du clergé, des proches des victimes, des leaders communautaires, des syndicalistes, des militants écologistes, des étudiants, des universitaires, des avocats, des journalistes et quelques fonctionnaires. Certains employés des pouvoirs publics considérés comme des défenseurs des droits humains ont été victimes d’intimidation et de harcèlement. Parmi les nombreuses thématiques prises en charge par les défenseurs brésiliens des droits humains, citons la défense des droits économiques, sociaux et culturels (et plus particulièrement la promotion de la réforme agraire, notamment les droits des ruraux sur la terre, les droits des populations indigènes, des populations d’ascendance africaine, des LGBT et le droit du travail), de même que la défense des droits civils et politique, le suivi et le signalement des atteintes aux droits humains et des cas de corruption. Les défenseurs des droits des LGBT constituent un groupe particulièrement vulnérable au Brésil car leur intégrité physique a parfois été menacée et certains d’entre eux torturés et tués pour avoir attiré l’attention sur la discrimination dont sont victimes les LGBT et sur l’impunité des auteurs des crimes à leur égard. Un groupe de travail a été constitué en mai 2003 afin de discuter de l’élaboration d’une politique gouvernementale de protection des défenseurs des droits humains ; en juillet 2004, ce groupe a recommandé la création d’un Programme national de protection des défenseurs des droits humains (Programa Nacional de Proteção dos Defensores de Direitos Humanos) ; un Comité national de coordination a été créé afin d’appliquer ce programme. D’aucuns s’inquiètent de l’inefficacité de ce programme. Front Line et Justicia Global ont publié un rapport conjoint sur la situation des défenseurs des droits humains au Brésil, sous le titre « Front Line Brazil: Murders, Death Threats and Other Forms of Intimidation of Human Rights Defenders, 1997-2001 ». En 2006, Justiça Global et Terra de Direitos ont publié une deuxième version, réactualisée, de ce rapport, sous le titre, « On the Front Line: Human Rights Defenders in Brazil 2002 – 2005 ». La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies s’est rendue en mission officielle au Brésil du 5 au 20 décembre 2005.

.

 

ACTION RECOMMANDÉE : Copiez la lettre ci-dessous et envoyez-la à l’adresse indiquée.

 

Lettre:

Votre nom et adresse

 

 

 

 

 

Your Excellency,

 

I am deeply concerned following an assassination attempt made against the human rights defender Joao Tancredo. Joao Tancredo is the President of the Institute of Human Rights Defenders and ex-president of the Human Rights Commission of the Brazilian Bar Association.

 

On 19 January 2008, Joao Tancredo was returning from a meeting with residents of the favela of Furquim Mendes in Vigario Geral, Rio de Janeiro, when his car was shot at four times by two unidentified men in helmets on a motorcycle. Joao Tancredo had just attended a meeting with residents of the favela, where he was listening to testimonies about killings that have allegedly been carried out by a state policeman known as the ‘Predator”

 

Joao Tancredo has received threats in the past, and due to these threats, his car was armoured to protect his safety. It is believed that due to the fact that his car was armoured Joao Tancredo was not killed in this incident.

 

I believe that Joao Tancredo was targeted as a result of his legitimate human rights activities. Concern is expressed for his physical and psychological integrity, as well as that of all members of the Institute of Human Rights Defenders.

 

I urge the authorities in Brazil to:

 

• Initiate an immediate, impartial and exhaustive investigation into the assassination attempt and threats against human rights defender Joao Tancredo;

 

• Take necessary measures to guarantee the security and physical and psychological integrity of Joao Tancredo, as well as that of all members of the Institute of Human Rights Defenders;

 

• Take measures to put an end to the intimidation of human rights defenders, ensuring that all human rights defenders in Brazil, carrying out their legitimate work in human rights, are able to operate free of all restrictions and harassment.

 

Yours sincerely,

 

 

APPELS À :

President Luiz Inacio Lula da Silva

Palácio do Planalto

Praça dos Três Poderes

70150-900

Brasília DF BRESIL

TAKE ACTION NOW !

 

 

page precedente

haut de la page

page suivante