Retour page d'accueil

IDHAE  Globebservatoire Mondial des Droits de la Défense et des violations des droits des avocats

AUTRES APPELS URGENTS IDHAE

OBSERVATOIRE POUR LA PROTECTION DES DEFENSEURS DES DROITS DE L'HOMME

Amnesty International

Centre pour l'indépendance des magistrats et des avocats

Protectionline

Frontline Defenders

Humanrightsfirst Alert

Human Rights Watch Campaigns (HRW)

RESEAU EURO-MEDITERRANEEN DES DROITS DE L'HOMME (REMDH)

Algeria Watch

Retour page d'accueil

ACTION URGENTE AVOCAT

 

VIETNAM

 

6 juin  2009  
 
 

APPEL URGENT

 
 
 Retour page d'accueil


   
Lê Thi Công Nhân, 
avocate des droits de l'homme et cyberdissidente, prisonnière d’opinion, 
menacée de cécité 
faute d’un traitement médical immédiat
ou d’une intervention chirurgicale urgente
pour son œil gauche malade.

 

 

Sources : Ligue Vietnamienne des DH

    

AGISSEZ D'URGENCE – TAKE ACTION NOW !

 

 

Dans la nuit du 24 au 25 mai 2009, selon les informations reçues de la Ligue vietnamienne des droits de l'homme, l’état de santé de Lê Thi Công Nhân (qui est aujourd'hui âgée de 30 ans) , jeune avocate dissidente et prisonnière d’opinion en détention est de plus en plus  particulièrement préoccupant.

 

En janvier 2008, Lê Thi Công Nhân avait été  transferée  de la prison Hoa Lo Moi proche de Hanoi au camp de concentration no 5 de Thanh Hoa, près de la frontière lao-vietnamienne.

 

Elle  est non seulement atteinte d’une sinusite chronique et d’une polyarthrite rhumatoïde (de grandes douleurs aux articulations des bras et des doigts)    maladie confirmée par le soi-disant ‘’médecin’’ du camp, mais beaucoup plus gravement d'une maladie de son œil gauche.  Elle risque de perdre l’usage de son œil gauche si elle n'est pas transférée  à l’hôpital de la province de Thanh Hoa pour un examen par un médecin spécialiste des maladies des yeux, en vue d’un traitement urgent et nécessaire, telle une opération chirurgicale de son œil gauche.

 

L'inflammation du blanc de l’œil gauche de Lê Thi Công Nhân,   a viré  au jaune et a laissé apparaître un kyste à la grosseur d’un grain de haricot mungo (soja) au coin de cet œil malade. Par ailleurs, myope, la prisonnière n’a pas pu se faire prescrire par un médecin opticien des verres correcteurs pour compenser la baisse inquiétante de son acuité visuelle (Alors que sa mère a proposé de  payer les frais d’achat des verres).

 

Les conditions de vie carcérale, en plus de la très mauvaise nourriture et le manque d’hygiène, le climat hostile des co-détenues de droit commun, seraient en grande partie à l’origine de la détérioration de la santé des prisonnières. Lê Thi Công Nhân souffre péniblement de la présence permanente de la poussière à l’intérieur des baraques d’internement. Soixante détenues y sont entassées. En été, le vent brûle la chair et brouille la vue des êtres humaines privées de liberté et s’étant livrées aux corvées ou travaux forcés. Le statut de prisonniers politiques et prisonniers d’opinion ou de conscience n’est pas reconnu par la République Socialiste du Viet Nam. Or, les conditions de détention aux camps de concentration, en particulier le camp no 5 de Thanh Hoa réservé aux prisonnières de droit commun, sont inhumainement déplorables et souvent dénoncées par les organisations internationales de défense des droits humains. Chaque détenue a droit à 80cm x 220 cm d’espace sur le plancher en ciment, froid comme de la glace en hiver. Plusieurs mois après l’arrivée au camp, il n’y a ni lit ni matelas. Juste une simple natte de paille pour se coucher et dormir. L’eau doit être bouillie pour boire. Seules les prisonnières ‘’de bonne conduite’’ sont autorisées à recevoir une somme limitée d’argent de leur famille et peuvent acheter de l’eau chaude. Ni d’eau courant, ni installations sanitaires adéquates minimales. Les prisonnières prennent leur douche en plein air, sans abri, avec de l’eau malsaine qu’elles doivent faire monter du fond d’un puits.

 

RAPPEL : Le Thi Công Nhân  (née en 1979), est membre du barreau de Hanoi (2003) et de l’Union Internationale des Avocats UIA (2005), secrétaire chargée de Relations internationales de l’Association des Avocats de Hanoi, défenseuse des droits humains dont ceux des travailleurs sans protection juridique et sociale, membre du parti du Progrès, membre honoraire du Centre Suisse Romand du PEN International et porte-parole du “Parti du Progrès” (clandestin puisque l'un des nombreux partis d'opposition qui se sont créés en violation du droit national) . Le Thi Công Nhân  avait été commis d'office pour assurer la défense d'un ressortissant britannique accusé de trafic d'héroïne. Quelques jours seulement avant le procès en novembre 2006, elle a été placée en résidence surveillée et un autre avocat nommé à sa place. 

Retour page d'accueil

 Nguyên Van Dai et  Le Thi Công Nhân 

Nguyên Van Dai et Le Thi Công Nhân ont été arrêtés, le 6 mars 2007, pour avoir écrit et distribué, notamment par le biais d’Internet, des essais et documents répondu à des médias étrangers et donné des cours de droit à des étudiants dans leurs cabinets à Hanoi.

 Lê Thi Công Nhân et Nguyên Van Dai  ont été condamnés respectivement à 4 et 3 ans d'emprisonnement en appel à Hanoi le 27 novembre 2007 pour "propagande contre l'État de la République socialiste du Vietnam", soit un an de moins pour chacun par rapport au verdict de la Cour populaire de Hanoi lors du procès en 1re instance tenu le 11 mai dernier.

 

L'IDHAE invite tous les avocats d'Europe et du monde à demander leur remise en liberté, sans condition et dans les plus brefs délais.

 

 

ACTION DE DEMANDEE : ADRESSEZ DES APPELS

(dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en français, en anglais ou dans votre propre langue) :

 

1.                                                      Demandez    la remise en liberté, sans condition et dans les plus brefs délais, de Lê Thi Công Nhân et Nguyên Van Dai, ainsi que toutes les personnes dont les écrivains, journalistes, avocats et défenseurs des droits humains notamment, détenues arbitrairement ou condamnées injustement pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression et d’association – droit garanti par la Constitution de la République Socialiste du Vietnam (RSV) et du Pacte International relatifs aux Droits Civils et Politiques, dont fait partie l’Etat du Vietnam.

Exige des qutorit2s vietnq;iennes aue vu la gravité de son état de santé, Lê Thi Công Nhân soit transférée immédiatement dans un hôpital ou un service médical spécialisé afin qu’elle puisse bénéficier des examens complets et des soins médicaux appropriés, y compris des interventions chirurgicales si nécessaires dont elle a besoin d’urgence.

Que les gestionnaires du camp ne lui refusent plus le droit de se faire soigner avec l’espoir de conserver l’usage de son œil gauche et de guérir ses maladies chroniques épuisantes, dans l’attente de sa libération inconditionnelle.

 

APPELS À :

 

Son Excellence  Nguyên Minh Triêt
President de la République
C/o Ministry of Foreign Affairs
Hanoi
République socialiste du Viêt-Nam Son Excellence  / Monsieur le President de la République,

Nguyên Tân Dung
Premier Ministre
1 Hoang Hoa Tham Street
Hanoi
République socialiste du Viêt-Nam
844 823 1872 (via le ministère des Affaires étrangères)
Courriers électroniques : [Email] (via le ministère des Affaires étrangères)
Formule d’appel : Dear Prime Minister, / Monsieur le Premier Ministre,

Ministre de la Sécurité publique :
Le Hong Anh
Ministry of Public Security
44 Yet Kieu Street
Ha Noi
République socialiste du Viêt-Nam
Fax : + 844 825 2733
Formule d’appel : Dear Minister, / Monsieur le Ministre,

 

Ministre de la Santé :
Tran Thi Trung Chien

Ministry of Health
138A Giang Vo Street Ban Dinh District Ha Noi République socialiste du Viêt-Nam Fax : + 844 826 5303 Formule d’appel : Dear Minister, / Madame la Ministre,

 

 

MERCI D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT

 

page precedente

haut de la page

page suivante

 

 

 

 

-->