Retour page d'accueil

IDHAE INFORMATION

AUTRES APPELS URGENTS IDHAE

OBSERVATOIRE POUR LA PROTECTION DES DEFENSEURS DES DROITS DE L'HOMME

Actions Urgentes d'Amnesty International

Centre pour l'indépendance des magistrats et des avocats

Humanrightsfirst Alert

Human Rights Watch Campaigns (HRW)

RESEAU EURO-MEDITERRANEEN DES DROITS DE L'HOMME (REMDH)

Asian Centre for Human Rights(ACHR)

Algeria Watch

Retour page d'accueil

APPEL URGENT AVOCAT

 

IRAN

février 2008

Arrêtée en 2007 lors d'une manifestation contre la discrimination à l’égard des femmes dans la législation iranienne

Shadi Sadr

Shadi Sadr

 journaliste, avocate et défenseure des droits des femmes, risque une peine d’emprisonnement

Source : AI -/www.isavelives.be

 

 

Shadi Sadr, journaliste, avocate et défenseure des droits des femmes, risque une peine d’emprisonnement pour avoir défendu des femmes jugées pour l’organisation, en juin 2006, d’une manifestation contre la discrimination à l’égard des femmes dans la législation iranienne. Elle a été arrêtée avec 33 militantes des droits de l’Homme   le 4 mars 2007 lors d’un rassemblement

devant le tribunal révolutionnaire de Téhéran, organisé en vue de la journée internationale de la femme. Elle  a passé plus de deux semaines en détention, dont plusieurs jours à l’isolement,

Du 6 au 8 mars 2007, toutes les co-détenues avaient été libérées sous caution, à l’exception de trois d'entre elles dont Shadi Sadr, alors en grève de la faim, qui a finalement été libérée sous caution le 19 mars 2007.

Shadi Sadr a travaillé comme journaliste pour plusieurs journaux réformistes et a créé, en 2002, un site Internet réputé intitulé Femmes d’Iran. Elle est actuellement rédactrice en chef du site Meydaan (Le Domaine des femmes).

 

Elle a aussi fondé l’ONG Raahi, centre de conseil juridique destiné aux femmes marginalisées et sous-représentées. En octobre 2006, elle a participé au lancement de la campagne Éliminer pour toujours la lapidation, qui vise à obtenir l'abolition définitive de la lapidation à mort en Iran.

En août 2007, elle a été citée à comparaître et inculpée de participation à un rassemblement illégal, collusion en vue de porter atteinte à la sécurité nationale, troubles à l’ordre public et refus d’obtempérer aux ordres de la police en lien avec son arrestation de mars 2007, mais aucune condamnation n’a encore été prononcée.

Shadi Sadr est aussi harcelée par les forces de sécurité, en particulier les forces du ministère du Renseignement. En janvier 2005, les autorités ont refusé de renouveler son passeport, lui interdisant de fait de voyager jusqu’en 2006. Par ailleurs, elle a été convoquée à plusieurs reprises aux fins d’interrogatoire.

Le 15 mars 2007, alors qu’elle se trouvait encore en détention, les autorités ont fermé le centre juridique Raahi.

 

ACTION RECOMMANDÉE : Ecrivez, en termes polis, au responsable du pouvoir judiciaire dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en anglais ou dans votre propre langue) :

 

- Demandez-lui l’abandon de toutes les charges retenues contre Shadi Sadr en lien avec son travail de campagne pacifique en faveur de l’égalité des droits pour les femmes ou contre la peine de lapidation.
- Appelez-le à mettre un terme au harcèlement dont elle est victime de la part des forces de sécurité.
- Exhortez-le à revoir la législation iranienne afin d’en supprimer toutes les dispositions qui sont discriminatoires envers les femmes.

 

 

APPELS À :

 

Head of the Judiciary
Howzeh Riyasat-e Qoveh Qazaiyeh
Pasteur St, Vali Asr Ave, south of Serah-e Jomhouri,
Tehran 1316814737,
Islamic Republic of Iran
E-mail : info@dadgostary-tehran.ir (dans le champ réservé à l’objet, veuillez indiquer : For the attention of Ayatollah Shahroudi)
Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur,

 

TAKE ACTION NOW !

 

 

page precedente

haut de la page

page suivante