Retour page d'accueil

IDHAE  Globebservatoire Mondial des Droits de la Défense et des violations des droits des avocats

AUTRES APPELS URGENTS IDHAE

OBSERVATOIRE POUR LA PROTECTION DES DEFENSEURS DES DROITS DE L'HOMME

Amnesty International

Centre pour l'indépendance des magistrats et des avocats

Protectionline

Frontline Defenders

Humanrightsfirst Alert

Human Rights Watch Campaigns (HRW)

RESEAU EURO-MEDITERRANEEN DES DROITS DE L'HOMME (REMDH)

Algeria Watch

Retour page d'accueil

ACTION URGENTE AVOCAT

 

TUNISIE

 

20 octobre 2009

 

Avocate et présidente de l'Association tunisienne de lutte contre la torture,


Radhia Nasraoui   

Retour page d'accueil


 empêchée de sortir du territoire pour rendre à une rencontre du Parlement européen

  

Source :   REMDH

     

 

 

 

Radhia Nasraoui, présidente de l'Association tunisienne de lutte contre la torture, a été empêché d’embarquer le mardi 20 octobre alors qu’elle s’apprêtait à se rendre à une rencontre du Parlement européen  .

 

Invitée par des députés européens, Me Radhia Nasraoui  devait participer   à une rencontre sur la situation des droits de l'homme dans le bassin minier de Gafsa (Sud-ouest).

 

Le prétexte invoqué, à l’appui de cette décision arbitraire, est aussi invraisemblable qu’inquiétant :Me Radhia Nasraoui et son mari Hamma Hammami, porte parole du PCOT, interdit de quitter le territoire quelques jours plus tôt, feraient l’objet d’une procédure judiciaire.. pour « voies de fait avec violence contre autrui» à la suite d’une altercation imaginaire contre une personne.. dont l’identité n’a pas été révélée !

 

Les trois parlementaires européennes , Mme Hélène Flautre (Verts), Catherine Trautmann (PS) et Marie Christine Vergiat (Front de Gauche), ont adressé une lettre ouverte au ministre tunisien de l'intérieur, M. Rafik Belhaj Kacem pour protester  énergiquement contre cette interdiction de quitter le territoire et condamné fermement cette atteinte à la liberté de circuler qui a pour objet d'empêcher une voix dissidente de s'exprimer en période de campagne électorale :

 

 "Nous condamnons fermement cette atteinte à la liberté de circuler qui a pour objet d'empêcher une voix dissidente de s'exprimer en période électorale", écrivent au ministre tunisien de l'Intérieur les eurodéputées françaises Hélène Flautre (Verts), Catherine Trautmann (PS) et Marie-Christine Vergiat (Front de gauche).

 

Dans leur courrier, elles qualifient l'interdiction faite à Mme Nasraoui "d'acte supplémentaire de répression et de harcèlement (...) à l'approche des élections législatives et présidentielle".

 

Les parlementaires se sont en outre inquiétées de la liberté de la presse après l'annonce mardi de source gouvernementale tunisienne qu'une journaliste du quotidien Le Monde souhaitant couvrir les élections du 25 octobre a été refoulée à son arrivée à l'aéroport de Tunis-Carthage.

 

AGISSEZ AU PLUS VITE !

 

 

MERCI D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT

 

 

 

 

 

-->