Retour page d'accueil

IDHAE ALERTE

AUTRES APPELS URGENTS IDHAE

OBSERVATOIRE POUR LA PROTECTION DES DEFENSEURS DES DROITS DE L'HOMME

Amnesty International

Centre pour l'indépendance des magistrats et des avocats

Law Society of England and Wales - International human rights

Menschenrechte - R e c h t s a n w a l t s k a m m e r. Berlin

Humanrightsfirst Alert

Human Rights Watch Campaigns (HRW)

RESEAU EURO-MEDITERRANEEN DES DROITS DE L'HOMME (REMDH)

Algeria Watch

Retour page d'accueil

"Aidez-nous à obtenir leur libération ! "

VIETNAM

 

11 mai 2007
 
Inquiétante répression 
contre les avocats démocrates 
 
Les avocats 
Nguyen Van Dai 
 
 

 Retour page d'accueil

et

Le Thi Cong Nhan 
 
  

 Retour page d'accueil

 
condamnés à 5 et 4 ans de prison 


après quatre heures de procès
Sources : 
 
    
 
    

Reporters sans Frontières

 

 
    
 
    
 

 

L'IDHAE invite tous les avocats d'Europe et du monde à s'indigner et à protester contre  la condamnation, après seulement quatre heures de procès, le 11 mai 2007, des deux avocats et cyberdissidents vietnamiens, Nguyen Van Dai et Le Thi Cong Nhan, à respectivement cinq et quatre ans de prison ferme.

Nguyen Van Dai et Le Thi Cong Nhan ont été condamnés par la Cour populaire de Hanoï  pour "propagande contre le gouvernement". Le juge a estimé qu’ils avaient "gravement violé la Constitution et la loi vietnamienne en dénigrant le rôle du Parti communiste" et "déformé la situation de la démocratie et des droits de l’homme au Viêt-nam".

La peine a été assortie d’une mesure de placement en résidence surveillée de quatre ans pour Dai, 38 ans, et de trois ans pour Nhan, 27 ans.

Le procès des avocats dissidents Nguyen Van Dai et Le Thi Cong Nhan est qualifié de stalien par Reporters Sans Frontières.

 

Les journalistes étrangers ont pu suivre le procès via une retransmission télévisée, mais pas les diplomates envoyés par les capitales occidentales. Selon l’Agence France Presse, une forte présence policière avait été mobilisée autour du tribunal. Il y avait également la presse vietnamienne, étrangère et une douzaine de diplomates étrangers, qui ont pu assister au procès sur une télévision de mauvaise qualité installée à l’extérieur de la salle d’audience.

 

Au cours du procès, Nguyen Van Dai s’est montré peu coopératif, au point de recevoir un avertissement du juge. Le Thi Cong Nhan a quant à elle reconnu être membre du Parti du progrès du Viêt-nam ainsi que du mouvement prodémocratique, le "bloc 8406", interdits dans le pays, mais elle a nié avoir violé l’article 88 du code pénal. C’est en vertu de cet article qu’ils ont été reconnus coupables de "diffamation" et "propagande contre le régime".

 

 Les deux avocats étaient accusés d’avoir écrit et distribué des documents critiquant le pouvoir, dénigré le régime dans des interviews données à des médias étrangers, mais aussi d’avoir utilisé des cours de droit donnés à des étudiants pour faire passer leur message.

Avant les deux avocats, le prêtre dissident Nguyen Van Ly avait été condamné fin mars à Hué, dans le centre, à 8 ans de prison, déjà pour propagande contre le régime. Jeudi encore, trois autres dissidents ont été condamnés à Saïgon dans le sud, à des peines de 3 à 5 ans de prison pour avoir, là encore, violé l’article 88 du code pénal vietnamien qui interdit de diffamer et de faire toute propagande contre l’Etat.

 

 Sevon l'Agence AVI, Nguyên Trong Ty, ancien président du barreau de Hanoi, n'a pas caint de condamner lui-aussi les agissements des avocats démocrates :  "Lorsque les fautes commises par Dai avaient été dénoncées devant le barreau de Hanoi, la direction du barreau avait adopté une ferme attitude et lui a demandé de faire son autocritique", ajoutant que l'intéressé avait reconnu ses actes et promis de ne plus s'y livrer.

"Mais le loup mourra dans sa peau. Le 8 avril 2006, Nguyên Van Dai a coordonné avec Nguyên Van Ly et certains d'autres éléments réactionnaires pour organiser une réunion du "Bloc 8406". Dai a encore utilisé des cours de droit donnés à des étudiants pour défigurer et critiquer le pouvoir et le Parti communiste.", a souligné l'avocat Nguyên Trong Ty.

 

Les deux avocats avaient été arrêtés, le 6 mars 2007, pour avoir écrit et distribué, notamment par le biais d’Internet, des documents critiquant le pouvoir, répondu à des médias étrangers et utilisé leur statut de juristes pour diffuser leur message. Tous deux sont accusés de "propagande" et de "diffamation" contre le gouvernement. 

 

Nguyen Van Dai est un chrétien engagé dans son église de l’Alliance chrétienne missionnaire à Hanoi. Agé de 37 ans, il est aussi l’un des rares avocats du pays à se servir de son métier pour défendre courageusement la cause des droits de l’homme, de la liberté de religion et de la démocratie. Il fait partie de ceux qui ont pris la défense d’églises protestantes harcelées par les autorités ainsi que celle du pasteur mennonite et ancien prisonnier politique Nguyen Hong Quang.

Nguyen Van Dai a également défendu des cyberdissidents et a lui-même régulièrement posté des articles sur internet . L’année dernière, il a fondé le Comité pour les droits humains au Vietnam.

 Ce procès, qui intervient moins de dix jours avant les élections législatives vietnamiennes du 20 mai, s’inscrit dans une campagne de répression menée ces derniers mois par les autorités vietnamiennes contre la dissidence à travers l’ensemble du pays.

Les récentes interventions des forces de l’ordre ont largement visé les membres du mouvement pro-démocratique appelé "bloc 8406", dont sont membres Nguyen Van Dai et Le Thi Cong Nhan.

Créé le 8 avril 2006, ce mouvement défie ouvertement le principe de parti unique inscrit dans la Constitution vietnamienne et appelle au boycott des élections du 20 mai.

Les actions contre la dissidence ont suscité de nombreuses critiques d’organisations de défense des droits de l’Homme à l’étranger, ainsi que du gouvernement américain à un moment où les deux pays tentent de mettre sur pied une visite du président vietnamien Nguyen Minh Triet à Washington en juin.

 

Ces derniers mois, Nguyen Van Dai a été interpellé et interrogé par la police à plusieurs reprises. En novembre 2006, il avait même été assigné à résidence pendant la durée du sommet de coopération économique Asie Pacifique qui se déroulait au Vietnam, une manière pour les autorités vietnamiennes d’être assurées de son silence.

 

ACTION RECOMMANDÉE : dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en français, en anglais ou dans votre propre langue) :

  • demandez aux autorités de libérer immédiatement et sans condition Nguyen Van Dai et Le Thi Cong Nhan;
  • dites que vous craignez pour leur santé et faites part de votre inquiétude quant aux risques de torture et de mauvais traitements qui pèsent sur eux;
  • soulignez que le harcèlement auquel sont soumis Nguyen Van Dai et Le Thi Cong Nhan en raison de leurs activités politiques et professionnelles pacifiques constitue une violation de ses droits à la liberté d’expression et d’association, et demandez aux autorités de faire en sorte qu’il cesse immédiatement.

 

APPELS À :

Premier ministre :
Nguyen Tan Dung
Office of the Prime Minister
Hoang Hoa Tham
Ha Noi
République socialiste du Viêt-Nam
844 823 1872 (via le ministère des Affaires étrangères)
Courriers électroniques : [Email] (via le ministère des Affaires étrangères)
Formule d’appel : Dear Prime Minister, / Monsieur le Premier Ministre,

Ministre de la Sécurité publique :
Le Hong Anh
Ministry of Public Security
44 Yet Kieu Street
Ha Noi
République socialiste du Viêt-Nam
Fax : + 844 825 2733
Formule d’appel : Dear Minister, / Monsieur le Ministre,

 

Ministre de la Santé :
Tran Thi Trung Chien

Ministry of Health
138A Giang Vo Street Ban Dinh District Ha Noi République socialiste du Viêt-Nam Fax : + 844 826 5303 Formule d’appel : Dear Minister, / Madame la Ministre,

 

 

 

MERCI D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT

 

page precedente

haut de la page

page suivante

 

 

-->