IDHBB - Infos 200

 

Retour page d'accueil

IDHAE L'Globebservatoire Mondial des Droits de la Défense et des violations des droits des avocats

 

 

soutient – supports

 

Observatoire – Day of the Endangered Lawyer - 24 January 2018

 

Avocats Egyptiens en danger

 PORTRAITS

1.             Un précurseur *

 Ahmed Seif el-Islam Hamad (1951-2014) - Le directeur du « Hisham Mubarak Law Center » (HMLC)

                   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ahmed Seif el-Islam Hamad est considéré comme un mentor par toute une génération d’avocats et d’activistes défenseurs des droits de l’Homme.

Engagé dans le mouvement socialiste, Ahmed Seif el-Islam a commencé à être poursuivi dans les années 1980. En 1983, il a été arrêté et torturé par des agents du Service de renseignement de la sûreté de l'État en raison de son rôle au sein du mouvement d’opposition communiste au président Hosni Moubarak. Après qu’il eut été condamné à cinq ans d’emprisonnement, le régime lui a permis de choisir l’exil, pour se débarrasser de lui. Cepandant, il a préféré purger sa peine de prison jusqu’au bout plutôt que de quitter son pays. Il a terminé ses études de droit en prison. Après avoir recouvré la liberté, en 1989, Ahmed Seif el-Islam a consacré son existence à la lutte contre la torture en Égypte.

 C’est pour cela qu’il a fondé, en 1999, avec d’autres avocats, le « Hisham Mubarak Law Center » (HMLC), « Centre Juridique Hisham Moubarak», ainsi nommé en l'honneur d'Hisham Mubarak, un avocat égyptien spécialisé dans les droits de l'Homme. Aujourd’hui encore, le HMLC réunit des avocats essentiellement bénévoles, pour aider, offrir des conseils et proposer d'autres formes de soutien aux victimes de torture et d'autres atteintes à leurs droits fondamentaux. Il travaille avec d'autres organisations de la société civile pour obtenir l'abrogation des lois contraires aux droits de l'Homme.

Ahmed Seif el-Islam a été, en 2004, le principal leader de la campagne des militants et intellectuels égyptiens pour appeler à des élections directes, à une limitation du nombre de mandats présidentiels, ainsi qu’à une abrogation des lois d'urgence.

En tant qu’avocat, il est intervenu dans les principales affaires de droits de l’Homme qu’a connu l’Égypte des années 90 à 2011 : la défense des homosexuels du Queen Boat, accusés de « pratique de la débauche », en 2001, la défense de Karim Amer, le premier blogueur égyptien condamné à quatre ans d'emprisonnement en 2006, pour ses écrits critiques envers le président égyptien et de l'islam, la défense des personnes inculpées de terrorisme, après les attentats d’octobre 2004 à Taba et dans la péninsule du Sinaï. Il fut aussi l'un des avocats des manifestants jugés par la Cour suprême de sûreté de l'État, à Tanta, après les manifestations du 6 avril 2008 en faveur du mouvement social, dans la ville de Mahalla. La plupart de ces affaires avaient un point commun : les éléments à charge étaient des « aveux », dont les prévenus soutenaient qu’ils avaient été extorqués sous la torture alors qu'ils étaient détenus secrètement.

Depuis sa création - et aujourd’hui encore - le HMLC n’a jamais cessé d’être inquiété par le pouvoir, et Ahmed Seif al Islam connaîtra à plusieurs reprises les affres des geôles égyptiennes En 2010, il a dû comparaître devant la Cour Criminelle de Khalifeh en compagnie de Gamal Eid, directeur du Réseau arabe pour l’information sur les droits de l’Homme (ANHRI) pour "insulte", "diffamation", et "abus du service d’Internet".

Dès le début des manifestations populaires de 2011, qui allaient devenir la « Révolution du Nil » et provoquer la chute d’Hosni Moubarak, le HMLC fut l’un des premiers visés par le régime agonisant parce qu'il tentait d'organiser la défense des manifestants interpellés. Ahmed Seif el-Islam, ainsi que neuf autres avocats et des membres d'ONG - dont Khaled Ali - ont été arrêtés par la police militaire dans les bureaux du Centre Juridique Hisham Mubarak. Les locaux du HMLC et du Centre égyptien pour les droits économiques et sociaux ont été perquisitionnés et leur matériel a été confisqué. Ahmed Seif el-Islam a été détenu pendant deux jours sous la garde de l'intelligence militaire égyptienne, dès sa libération il s’est rendu place Tahrir pour aider les organisateurs de l'insurrection.

Toute la famille Seif participait alors à la révolte. Sa femme Laila Soueif, professeur de mathématiques à l'Université du Caire, a organisé des marches à travers le centre-ville et mis en place un lit de camp sur la place Tahrir. Sa fille Mona Seif, 24 ans, fondatrice de la campagne « Non aux tribunaux militaires pour les civils», n’a cessé de publier des informations sur Twitter depuis son campement. Sa plus jeune fille. Sanaa, 17 ans, a compilé les images vidéos pour un documentaire sur le soulèvement de la place Tahrir.

Après avoir passé sa vie à combattre l’injustice, Ahmed Seif el-Islam est mort à 63 ans, le 27 août 2014, dans un hôpital du Caire des complications d’une opération à cœur ouvert, après être demeuré plusieurs jours dans le coma. Ironies ou cruautés de l’histoire, alors même qu’il était en prison quand sa fille Mona était née, en 1983, Ahmed Seif el-Islam a rendu son dernier souffle, trente ans plus tard, alors que deux de ses enfants, Alaa Abdel Fattah et Sanaa, étaient emprisonnés pour appel ou participation à des manifestations interdites.

 

One of the father figures of Egyptian social activism, Ahmed Seif el-Islam Hamad (1951-2014), was sentenced to spend 5 years in prison in 1983 because he was part of a communist group opposing Mubarak and his regime. In 1989, soon after he was released, because he was tortured when arrested, he has dedicated his life to the fight against torture in Egypt.

In 1999, Ahmed Seif el-Islam Hamad founded the Hisham Mubarak Law Centre (HMLC) - named after Hisham Mubarak, an Egyptian human rights lawyer.

The HMLC provides advice and other support to victims and survivors of torture and other human rights violations and works with other civil society organizations to achieve the abolition of laws which undermine human rights and contradict the human rights principles enshrined in Egypt’s Constitution.

Ahmed Seif el-Islam Hamad was arrested four times throughout his life, the last of which was in 2011, at the beginning of the revolution, when he was arrested from his office. Nevertheless the whole family of Ahmed Seif el-Islam Hamad plunged headlong into the uprising: his wife, Laila Soueif, a university professor, his son Alaa Abdel Fatah and his two daughters, Mona and Sanaa,

Ahmed Seif el-Islam died aged 63, on August 27, 2014, following heart surgery. Neither of his children could be at their father's deathbed: all were in jail at that time for organizing or participating unauthorized protests. Nothing has really changed in Egypt. Thirty years ago, when her daughter Mona was born in 1983, Ahmed Seif El-Islam was himself imprisoned.

 

(*Texte extrait du Supplément spécial 2018 de « Ces Avocats persécutés dans le monde » consacré à la « Journée de l’avocat en Danger »).