IDHBB - Infos 200

 

Retour page d'accueil

IDHAE Le seul Globebservatoire Mondial des Droits de la Défense et des violations des droits des avocats

 

 

Observatoire – Ce mois-ci... Observatory - This month...

 

 

 

MALDIVES- 10 septembre 2017

 

54 avocats

un tiers du barreau du pays

suspendus pour avoir adressé une pétition à la Cour Suprême  réclamant l’état de   droit

41 avocats restent suspendus après la levée de la suspension de 13 d’entre eux, le 18 septembre

  

 Les autorités des Maldives ont suspendu 54 avocats, y compris tous ceux qui défendent des dissidents, pour avoir signé une pétition adressée à la Cour suprême pour réclamer l’application de l’état de   droit.

L'ancien procureur général des Maldives de 2009 à 2010, Husnu al-Suood, qui est l’actuel président de l‘Association des Avocats  des Maldives , qui figure ,parmi les suspendus  a indiqué que la pétition avait été adressée à la Cour suprême, qui a refusé de l'accepter, puis au bureau du procureur.   Le lendemain, les signataires ont été suspendus."

L'interdiction s'applique à plus d'un tiers des 150 avocats en pratique privée aux Maldives et notamment à toute l’équipe de défense du leader de l’opposition en exil Mohamed Nasheed.

Les avocats suspendus incluent les députés de l'opposition Mariya Ahmed Didi et Imthiyaz Fahmy, Hassan Latheef, président du parti principal de l'opposition, le Parti démocrate maldivien, Anas Abdul Sattar, le secrétaire général du MDP, et Ali Zahir, leader adjoint de l'Adhaalath Party

Le Département de l'administration judiciaire (DJA) a déclaré que ceux qui ont signé une pétition faisant la demande ont été suspendus indéfiniment parce qu'ils avaient violé plusieurs lois et étaient coupables d’outrage au tribunal.

Dans une lettre ouverte, la CIJ a appelé la Cour suprême des Maldives et le Département de l'administration judiciaire à révoquer les suspensions sommaires de dizaines d'avocats,  incompatible avec le droit international et les normes.

Amnesty International a également fait écho aux appels d'un groupe d'ONG internationales pour que la Cour suprême révoque immédiatement la suspension des avocats, qualifiée d’ «l'agression implacable contre la règle de droit».

Le 18 septembre, le Département de l'administration judiciaire a annoncé que la suspension avait été levée pour treize avocats, après l'achèvement de l'enquête sur leut cas . il s’agit de Abdulla Ahmed, Abdul Salaam Arif, Ali Nadeem, Majidha Majdhee, Abdul Maniu Hussain, Abdulla Naseer Mohamed, Ahmed Shan, Mohamed Shahid, Mohamed Fawwaz, Anoosa Moosa, Khadeeja Naeem, Zimna Abdul Muhsin and Ibrahim Shiyam.

 

Mais, 41 avocats restent suspendus.

 

 

En savoir plus sur les avocats et les droits de l'homme :

 

eurobs2017