IDHBB - Infos 200

 

Retour page d'accueil

IDHAE Le seul Globebservatoire Mondial des Droits de la Défense et des violations des droits des avocats

 

 

Observatoire – Ce mois-ci... Observatory - This month...

 

 

ALERTE URGENTE AVOCAT

 

ÉGYPTE – 18 novembre 2017

 

Le régime égyptien emprisonne à nouveau

 

Mahienour el-Massry

 

Arrêtée en pleine audience pour avoir participé à une manifestation

contre l'abandon à l’Arabie Saoudite des îles

de Tiran et Sanafir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mahienour El-Massry, avocate des droits de l'homme et lauréate du Prix international des droits de l'homme Ludovic Trarieux 2014, s’est présentée librement devant un tribunal d'Alexandrie a qu’il avait convoquée pour "rassemblement, manifestation, démonstration de force et insultes envers le président Abdel-Fattah al-Sisi" après avoir manifesté contre l'abandon à l’Arabie Saoudite des îles de Tiran et Sanafir situés dans la mer Rouge.

 

Le tribunal a choisi de reporter sa décision au 30 décembre mais ordonné le placement en détention des deux seuls accusés qui étaient présents à l’audience : Mahienour et Moatasem Medhat, en attente du jugement.

 

Les poursuites sont dirigées contre contre Mahienour El-Massry mais aussi contre Asmaa Naeem (avocate des droits de l'homme), Waleed El Ammary (avocat et membre du parti Al Dostour), ainsi que contre de militants Zeyad Aboul Fadl (membre du Parti du pain et de la liberté) et Moatasem Medhat (membre du Parti du pain et de la liberté).

 

Mahienour El-Massry et Moatasem Medhat ont été transférés au poste de police de Montazah, tandis que les trois autres accusés ne sont pas détenus.

 

Le tribunal doit rendre son verdict le 30 décembre, En cas de condamnation, Mahienour et Moatasem, ainsi que les trois autres militants, pourraient faire face à cinq ans de prison pour "participation à une manifestation non autorisée", entre autres charges

 

En juin, les avocats de la deuxième plus grande ville d'Egypte avaient organisé une manifestation devant un tribunal d'Alexandrie pour manifester lors de l'accord de démarcation frontalière, signé lors d'une visite au Caire par le roi saoudien Salman en avril 2016, qui place les îles de Tiran et Sanafir sur la mer Rouge sous contrôle saoudien.

 

L'accord a fait face à un certain nombre de contestations juridiques de la part des opposants, notamment l’avocat mais a finalement été ratifié par le président Abdel-Fattah al-Sisi à la fin du mois de juin après que le parlement eut voté pour l'approuver..

 

 Des centaines de manifestants ont été jugés pour avoir manifesté contre l'accord de Tiran et Sanafir,.

 

Mahienour El-Massry a purgé quatre mois d'une peine de six mois en 2014 pour avoir protesté illégalement lors du procès pour meurtre de Khaled Said en décembre 2013. Elle a ensuite dû purger 15 mois de prison en 2015 et 2016 sous l’accusation d’avoir "pris d'assaut" un poste de police d'Alexandrie en 2013, alors qu’elle se rendait pour assister des manifestants détenus.

 

 

L’OBSERVATOIRE IDHAE DEMANDE AUX AUTORITES EGYPTIENNES :

·         de libérer immédiatement et sans condition Mahienour El-Massry:

·         de veiller à ce que, pendant sa détention provisoire et arbitraire, elle ne soit pas victime d’actes de torture ou autres mauvais traitements ;

·         de garantir son libre accès,   sans restriction, à sa famille et aux avocats de son choix

·         de retirer toutes les poursuites contre les avocats des droits de l'homme, Mahienour El-Massry , Asmaa Naeem, Walid El Ammary mais aussi contre contre les  défenseurs des droits de l'homme,  Zeyad Aboul Fadl   et Moatasem Medhat 

·         d’abroger les lois sur les manifestations nos  107/2013 et 10/1914 afin de garantir les droits à la liberté d'expression et de réunion.

·         D’abroger la loi 70 de 2017, conformément à l'appel du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, et toutes les autres lois et décrets exécutifs qui servent à restreindre l'espace pour la défense des droits de l'homme et la défense en Égypte, 

·         d’assurer la protection de toutes les personnes et organisations qui travaillent en Egypte afin de promouvoir et défendre les droits de l'homme.

 

AGISSEZ D’URGENCE

 

Écrivez une lettre, envoyez un courriel, appelez, faxez ou tweetez:

 

DEMANDEZ AUX AUTORIT2S EGYPTIENNES DE :

 

• Libérer immédiatement et sans condition Mahienour El Masry et Moatassem Medhat, emprisonnés uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits à la liberté d'expression et de réunion;

• Retirer les accusations contre Mahienour El-Massry , Asmaa Naeem, Walid El Ammary mais aussi contre contre les  défenseurs des droits de l'homme,  Zeyad Aboul Fadl   et Moatasem Medhat 

    D’abroger les lois sur les manifestations nos  107/2013 et 10/1914 afin de garantir les droits à la liberté d'expression et de réunion.

    D’abroger la loi 70 de 2017, conformément à l'appel du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, et toutes les autres lois et décrets exécutifs qui servent à restreindre l'espace pour la défense des droits de l'homme et la défense en Égypte, 

    D’assurer la protection de toutes les personnes et organisations qui travaillent en Egypte afin de promouvoir et défendre les droits de l'homme.

 

ADRESSE :

 

Public Prosecutor

Nabil Sadek

Office of the Public Prosecutor, Dar al-Qada al-Ali, Down Town

Cairo, Arab Republic of Egypt

Fax: +20225774716

 

 

En savoir plus sur les avocats et les droits de l'homme :

 

 

 

 

 

LOGO BARREAU Luxembourg_PLogo_IDHBP_OK_001

Logo_UIA_HD_BLaed_littlelogo aova RGBlogo oda 2dsa_logo